Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
La pensée derridienne : ce qui s'en restitue                     La pensée derridienne : ce qui s'en restitue
Sources (*) : Le Derridex, aux fins de laisser venir l'"autre livre"               Le Derridex, aux fins de laisser venir l'"autre livre"
Pierre Delain - "Après...", Ed : Guilgal, 2017, Page créée le 1er juin 2017

[La pensée derridienne (ce qui s'en restitue)]

   
   
   
                 
                       

--- En choisissant ce titre, je laisse supposer qu'une chose nommée "matrice derridienne" pourrait exister quelque part. Je fais même un peu plus : je décide de cette existence, je la commande, et même, si j'ose dire, je la fabrique. Il m'est alors facile de poser des questions apparemment neutres, du genre : Est-elle unique? Plurielle? Est-elle divisée, discordante, hétérogène? Est-elle dicible, inscriptible? En faire état, même naïvement, même dubitativement, n'est-ce pas déjà une trahison? Disons qu'à ce stade je ne tiens pas à trancher sur ces points. Je dois avouer que ce n'est pas très clair, que j'ignore si un jour quelconque on y verra plus clair, et que par conséquent je n'ai aucune intention de répondre à ces questions [j'ai d'ailleurs barré le "la" de "La matrice derridienne", comme vous avez pu le constater (une solution de facilité)]. Ceci étant, je ne me déroberai pas. Si j'avais voulu, j'en aurais trouvé des bonnes raisons ou des prétextes. Par exemple : à supposer que cette matrice existe ou que quelque chose de tel puisse être décrit, cette chose serait singulière pour chacun d'entre nous, à la date où il parle. On ne pourrait pas la généraliser, en faire un objet universel. Pour toi, par exemple, elle serait irremplaçable, unique, et d'ailleurs, peut-être a-t-elle déjà changé entre le début et la fin de mon discours. Il y aurait toujours une seule et unique matrice, mais toujours une autre. Eh bien non, vois-tu, je ne vais pas me lancer dans ce genre d'argument, ce serait une façon trop simple de se défausser. Je vais poursuivre, au risque d'échouer, au risque de ne jamais arriver à cette chose, la matrice, "la" matrice sur laquelle je travaille depuis des années. Je ne vais pas me compliquer la vie, je ne vais pas débaptiser celle que j'ai baptisée, je vais carrément continuer à écrire. On serait donc arrivé à cet état de fait : une matrice aura été fabriquée quelque part. Je peux la dire derridienne, et chacun est libre de me répondre, me contester, m'ignorer ou m'injurier.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[Quelques parcours à partir des mots de Jacques Derrida] (Le vocabulaire de la déconstruction)

-

DERRIDEX (index des mots de l'oeuvre de Jacques Derrida)

-

[Derrida, nos tâches, "Il faut"]

-

[Derrida, le commencement, l'origine]

-

[Derrida, l'acquiescement, le "oui"]

-

[Derrida, la prière]

-

[Derrida, l'oeuvre de James Joyce]

-

[Derrida, la mère, la matrice]

-

[Derrida, violence, cruauté]

-

[Derrida, la mort]

-

[Derrida, le deuil]

-

[Je ne peux pas dire : "Ma mort", "Je suis mort", sans aporie; c'est la signature même de l'aporie]

-

[Derrida, spectralité, hantise]

-

[Derrida : fantasme, conjuration, exorcisme]

-

[Et il faut faire avec les spectres, les accueillir, les laisser parler, les conjurer, les exorciser, les chasser]

-

[Derrida, Psyché, l'esprit]

-

[Derrida, l'héritage]

-

[Derrida, la vie, le vivant, la survie]

-

[Derrida, responsabilité(s)]

-

[Derrida, jugement, décision]

-

[Il faut répondre de l'oeuvre : sa dictée, son injonction, son appel à la réponse, à la responsabilité]

-

[Derrida, silence, mutisme]

-

[Derrida, acte de parole ou de langage, performatif]

-

[Derrida, date et signature]

-

[Derrida, analogie, comparaison, "comme", "comme si"]

-

[Rien, dans l'oeuvre performative, ne fait autorité : ni la Vérité, ni la Réalité, ni la libre Souveraineté d'une Fiction]

-

[Derrida, l'inouï]

-

[Derrida, l'autre]

-

[Derrida, le tout autre]

-

[Derrida, la voix]

-

[Derrida, la parole]

-

[La structure du "s'entendre parler" (quand le sujet parlant s'entend au présent) est l'essence de la parole]

-

[Jacques Derrida voudrait ne jamais effacer l'instant de l'énonciation, de l'expérience, de l'événement]

-

[Derrida : fable et récit]

-

[Derrida, transcendance et quasi-transcendantal]

-

[Derrida, l'hymen]

-

[Derrida, pliure, auto-affection]

-

[Derrida, l'événement]

-

[Derrida, singularité(s)]

-

[Derrida : une fois, une seule fois, une fois unique]

-

[Derrida, la poésie]

-

[L'oeuvre ne s'écrit, ne se lit, ne se voit ou ne s'entend qu'une fois, une seule]

-

[Derrida, aujourd'hui, le contemporain]

-

[Derrida, technosciences, télé-techniques, médias]

-

[Derrida, l'informatique, l'Internet]

-

[La "gramophonisation" d'aujourd'hui est une parodie d'assentiment : dire "oui", automatiquement, à des voix enregistrées et reproduites comme vivantes]

-

[Derrida, auto-téléiopoèse, "peut-être"]

-

[Derrida, l'humain, humanisme]

-

[Derrida, la loi, le droit]

-

[Derrida, les droits (droits humains, droits de l'homme)]

-

[Derrida, l'Europe]

-

[Derrida, le supplément]

-

[Derrida, la différance]

-

[Derrida, la déconstruction]

-

[Derrida, l'indéconstructible, l'irréductible]

-

[Derrida, peur, effroi, terreur]

-

[Derrida, le dégoût, le vomi]

-

[Derrida, l'impossible]

-

[Pour qu'il y ait oeuvre", il faut un arrêt; mais il faut aussi que la différance soit impossible à arrêter]

-

[Derrida, la folie]

-

[Derrida, écriture et archi-écriture]

-

[Pour conjurer le risque de déraillement apocalyptique, il faut qu'une scène d'écriture se lie, stricturellement, à l'œuvre, au nom propre]

-

[Derrida, itérabilité, marque, re-marque]

-

[Derrida, le gramme, la grammatologie]

-

[Derrida, l'archi-trait]

-

[Derrida, la trace]

-

[Derrida, reste, restance]

-

[Derrida, la cendre]

-

[Derrida, la lettre]

-

[Derrida, renvois et citations]

-

[Derrida, le texte, le hors-texte]

-

[Derrida, l'espacement, l'"entre"]

-

[Derrida, le livre]

-

[Derrida, Freud, la psychanalyse]

-

[Derrida, l'alliance]

-

[Derrida, croyance, foi, fiduciarité]

-

[Derrida, témoignage, attestation]

-

[Derrida, serment, parjure]

-

[Derrida, la promesse]

-

[Derrida, l'indemne, l'immun, l'intact]

-

[Derrida, le respect]

-

[Derrida, auto-immunité]

-

[Derrida, latinisation, christianisme]

-

[Derrida, religion, théologie]

-

[Science et religion sont indissociablement liées, dans une logique d'auto-immunité de l'indemne]

-

[Derrida, cercles, circularités, dette, échange, économie]

-

[Derrida, la confession]

-

[Derrida, l'animot "animal"]

-

[Derrida, le sacrifice]

-

[Il faut bien, pour un vivant, apprendre à manger la loi]

-

[Un archi-performatif entretient la dette : il engage, promet, conjure, adjure, culpabilise ou disculpe]

-

[Derrida, l'au-delà, le "pas au-delà"]

-

[L'oeuvre est une figure du dernier mot, qui laisse croire en sa puissance réparatrice]

-

[Derrida, bénédiction, malédiction]

-

[Derrida, eschatologie, messianique]

-

[Derrida, l'à-venir]

-

[Par son oeuvre, Jacques Derrida annonce l'"oeuvre à venir"]

-

[Derrida, le pire, le mal radical]

-

[Derrida, le mal]

-

[Derrida, Artaud]

-

[Oeuvrance d'Antonin Artaud : Il y a "oeuvre" quand on peut faire survivre le mal fait]

-

[L'art d'Artaud, au-delà de l'art, repose sur la puissance d'ébranlement d'une force [la voix-souffle] qui déchire le langage et détruit la représentation]

-

[Et il faut préférer l'incalculable : ce qui n'entre dans aucune économie, ce qui rompt avec la réciprocité de l'échange]

-

[Derrida, principes inconditionnels, inconditionnalités]

-

[Derrida, l'hospitalité]

-

[Derrida, le juste, la justice]

-

[Derrida, le don]

-

[Derrida, le pardon]

-

[Il faut penser un "autre" concept de tolérance, un principe fondé sur l'hétérogénéité irréductible de l'autre]

-

[Derrida, liberté, libertés]

-

[Derrida, Lévinas]

-

[Derrida, le génie]

-

[Derrida, l'art, l'oeuvre]

-

[Derrida, le parergon : ce qu'il faut pour donner lieu à l'oeuvre (ergon) et se protéger de son énergie (energeia)]

-

[Derrida, le cadre : il soutient et contient toujours ce qui, de soi-même, s'effondre]

-

[Derrida, le dessin]

-

[Derrida, la peinture]

-

[Derrida, l'image]

-

[Derrida, le cinéma]

-

[Derrida, la photographie]

-

[Derrida, le musée]

-

L'oeuvre derridienne : une passion hyperparergonale

-

[Exposer une oeuvre, l'archiver dans un musée et dans l'histoire de l'art, c'est l'ex-poser aux coups et à la différance sans lesquels il n'y a pas de regard]

-

[Derrida, l'archive]

-

[Derrida, la dissémination]

-

[Toute oeuvre, aujourd'hui, doit s'inscrire dans un espace de dissémination]

-

[Derrida, le double, dédoublement et duplicité]

-

[Derrida, la mimesis]

-

[Derrida, economimesis]

-

[Derrida, démocratie, politique]

-

[Derrida, communauté, lien social, famille, "vivre ensemble"]

-

[Derrida, aimance, amour, amitié]

-

[Derrida, pouvoir et souveraineté]

-

[Derrida, Marx]

-

[Derrida, nation, élection]

-

[Derrida, la démocratie à venir]

-

[Derrida, la philosophie]

-

[Derrida, le concept]

-

[Derrida, la pensée]

-

[Derrida, logos, logocentrisme, phonocentrisme, phallogocentrisme]

-

[Derrida, la raison]

-

[Derrida, la métaphysique, sa clôture]

-

[Derrida, la vérité]

-

[Derrida, Hegel]

-

[Derrida, Heidegger]

-

[Derrida, Nietzsche]

-

[Derrida, l'aporie]

-

[Et il faut laisser venir l'aporie pour y trouver le principe d'un sur-devoir, d'une sur-vie, d'un plus-que-la-vie]

-

[Derrida, le savoir, l'université]

-

[Derrida, le moi, le soi, le sujet]

-

[Derrida, le Qui et le Quoi]

-

[Derrida, l'identification]

-

[Derrida, la vision : pleurs et aveuglements]

-

[Derrida, le désir]

-

[Derrida, le nom, la nomination]

-

[Derrida, le langage]

-

[Derrida, la langue]

-

[Derrida, signifiant : signifié]

-

[Derrida, le référent]

-

[Derrida, le discours]

-

[Derrida, l'idiome, le style]

-

[Derrida, l'innommable]

-

[Derrida, le rien, Khôra]

-

[Derrida, le subjectile]

-

[Derrida, "à même"]

-

[Derrida, la bêtise]

-

[Derrida, le secret]

-

[Derrida, la garde]

-

[Derrida, une crypte]

-

[Derrida, la réserve]

-

[Derrida, mémoire, remémoration]

-

[Derrida, l'oubli]

-

[Derrida, manque, défaut, impuissance, vulnérabilité]

-

[Derrida, voile, dévoilement]

-

[Derrida, judaïsme, judéités]

-

[Derrida, la Torah]

-

[Derrida, le talith]

-

[Derrida, la circoncision]

-

[Derrida, la Tour de Babel]

-

[Derrida, la Cabale]

-

[La Cabale cachée de Jacques Derrida]

-

[Derrida, théologie négative]

-

[Nous sommes tous assignés à l'héritage irrévocable d'Abraham : hospitalité, responsabilité, subjectivité, pardon, secret, silence, mutisme]

-

[On peut lire l'oeuvre derridienne comme un supplément au Kol Nidré, où le lien passé et à venir entre parole et dette serait, sans condition, suspendu]

-

[Derrida, la Shoah]

-

[Derrida, Dieu, le nom de Dieu]

-

["Sans" et "pas sans" sont les mots les plus difficiles à dire et à entendre, les plus impensables ou les plus impossibles]

-

[Derrida, le beau]

-

[La beauté se donne comme la trace d'un "sans", la pure dissémination d'un sans-but, d'un sans-pourquoi, d'un non-savoir]

-

[Derrida, le propre, l'exappropriation]

-

[Derrida, "Viens!"]

-

[Derrida, l'apocalypse]

-

[Derrida, retrait, effacement]

-

[Derrida, athéisme, athéologie]

-

[Derrida, l'adresse]

-

[Derrida, l'audition]

-

[Derrida, Blanchot]

-

[Derrida, la bouche]

-

[Aucun code entièrement déterminé n'est structurellement secret, même si son chiffrage ou sa clef est entièrement perdu, oublié]

-

[Derrida, la colonne]

-

[Déclarer : "Il y a là Démiurge", c'est instituer son oeuvre, son tombeau et sa promesse, qui est d'abord promesse de survie du monde]

-

[Derrida, Descartes, le Cogito]

-

[Derrida, envois, destinations]

-

[Derrida, le droit de regard]

-

[Derrida, l'éthique]

-

[Derrida, l'ontologie, l'être et l'au-delà de l'être]

-

[Derrida, la femme, la différence sexuelle]

-

[Derrida, la forme]

-

[Jacques Derrida, Jean Genet]

-

[Derrida, l'invention]

-

[Derrida, le jeu]

-

[Entre Lacan et Derrida : le cousinage des deux Jacques]

-

[Derrida, le lieu, avoir lieu]

-

[Derrida, limite, limitrophie]

-

[Derrida, la littérature]

-

[Derrida, le pas, la marche]

-

[Derrida, la métaphore]

-

[Derrida, la musique]

-

[Derrida, père et fils]

-

[Derrida, le phallus]

-

[Derrida, le pharmakon]

-

[Derrida, la phénoménologie]

-

[Derrida, plaisir, jouissance]

-

[Derrida, le point]

-

[Derrida, la présence]

-

[Derrida, le quatre, le texte quatrième]

-

[Derrida, la représentation]

-

[Le champ linguistique unit les genevois Rousseau et Saussure : tous deux accordent un privilège éthique à la parole vive et à la voix, auxquelles ils subordonnent l'écriture]

-

[Le schibboleth de Jacques Derrida]

-

[Le "se toucher" semble livrer le modèle transcendantal du "manger", du "baiser" et du "s'entendre-parler de la voix"]

-

[Derrida, le signe]

-

[Derrida, Spinoza]

-

[Derrida, la stricture]

-

[Derrida, le temps]

-

[Derrida, intituler, le titre]

-

[Derrida, le toucher]

-

[Derrida, la traduction]

-

[Derrida, le travail]

-

[Derrida, le virtuel]

-

[Derrida, sur sa vie] - élements biographiques et autobiographiques

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

MatriceD
DerridaCheminements

AA.AA.BBB

ProDerridex

CB.JJH

CV_DerridaCheminements

Rang = YZMatricerestit
Genre = -