Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, ses livres                     Derrida, ses livres
Sources (*) :              
Jacques Derrida - "Psyché, Inventions de l'autre (tome 2)", Ed : Galilée, 2003,

Psyché, Inventions de l'autre (tome 2) (Jacques Derrida, 1987, édition revue et modifiée en 2003) [Psyche2]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

La première édition de ce volume date de 1987. Tous les textes qu'il contient ont été modifiés par rapport à leur première publication dans différents ouvrages. Lors de la deuxième édition, en 2003, un texte a été ajouté, Interpretations at war. Cette conférence prononcée en 1988 et publiée en 1990 dans un ouvrage collectif est postérieure à la date de première édition. Compte tenu de cet ajout, j'utilise pour l'indexation de ce livre la pagination de 2003 et je date l'ensemble de 2003 (contrairement au premier volume réédité en 1998, mais daté de 1987).

A noter que le concept "psyché" est peu évoqué dans ces recueils, à une double exception : le premier texte du premier volume, Psyché, Invention de l'autre (1982), qui sert de préface, et le dernier texte du second volume, Interpretations at war (1988), ajouté a posteriori. Dans le premier cas, il est surtout question de fable, et dans le second, de l'esprit des peuples. Ce dernier texte, prélevé dans son séminaire Nationalité et nationalisme philosophique (1987-88), a gardé le style oral.

-------

p9 : Lettre à un ami japonais (lettre d'abord publiée en japonais, puis en français dans Le Promeneur, XLII, mi-octobre 1985) [Quelques thèmes de cette lettre sont repris dans l'entretien de 1992 intitulé Qu'est-ce que la déconstruction?].

p15 : Geschletcht I. Différence sexuelle, différence ontologique (d'abord publié dans le Cahier de l'Herne consacré par Heidegger en 1983).

p35 : La main de Heidegger (Geschlecht II) (conférence prononcée en mars 1985 à Chicago).

p69 : Admiration de Nelson Mandela ou Les lois de la réflexion (Essai d'abord publié dans "Pour Nelson Mandela", Gallimard 1986).

p91 : Point de folie - maintenant l'architecture (d'abord publié dans Bernard Tschumi, La Case vide, en 1986). Texte publié à nouveau en 2015 dans LADLE.

p107 : Pourquoi Peter Eisenman écrit de si bons livres (texte destiné à une revue japonaise d'abord publié en anglais en 1987). Texte publié à nouveau en 1997 in A Chora L Works - Jacques Derrida and Peter Eisenman avec une réponse de ce dernier.

p121 : Cinquante-deux aphorismes pour un avant-propos (préface à Mesure pour mesure. Architecture et philosophie, numéro spécial des Cahiers du CCI, Centre Georges-Pompidou, 1987) [A noter que Foi et Savoir a également 52 paragraphes numérotés (52 = 26 x2)].

p131 : L'aphorisme à contretemps (une première version de cette série de 39 aphorismes a été publiée dans Roméo et Juliette, Papiers 1986) (39 = 26+13).

p145 : Comment ne pas parler. Dénégations (conférence prononcée en anglais, à Jérusalem, en juin 1986).

p201 : Désistance (préface à Typography, de Philippe Lacoue-Labarthe, Harvard University Press, 1989).

p239 : Nombre de oui (première version dans Michel de Certeau, Cahiers pour un temps, 1987).

p249 : Interpretations at war. Kant, le Juif, l'Allemand (texte initialement publié dans Phénoménologie et politique. Mélanges offerts à J. Taminiaux, Bruxelles, Ousia, 1990, à partir d'une conférence prononcée à Jérusalem entre le 5 et le 11 juin 1988). [Ce texte est le seul du tome 2 qui ne figurait pas dans la première édition. Compte tenu de son positionnement, on peut le considérer comme un supplément aux deux tomes].

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

[La déconstruction ne revient pas à un sujet, à un moi ou à une conscience : ça se déconstruit, c'est en déconstruction]

Il reste à penser ce qui se passe aujourd'hui, dans la modernité, au moment où la déconstruction devient un motif

La prière, expérience essentielle du discours chrétien, s'adresse à l'autre comme autre, en ne lui demandant rien d'autre que de donner la promesse de sa présence

Le secret de l'alliance, c'est qu'il n'y a pas de secret comme tel : il ne peut apparaître que par une dénégation essentielle, originaire, du partage

Pour celui qui exige la raison, la vérité, la science, une hypothèse absolue ou "anhypothèse" s'impose : "Une économie générale de l'esprit, logocentrique, unifie la culture"

"Avec quoi l'antisémitisme n'est-il pas compatible?" - Qu'on ne puisse compter sur aucune réponse positive et déterminée annonce la démesure essentielle de cette chose

C'est le corps propre lui-même, la chair, qui entraîne originellement le Dasein dans la dissémination, et par là dans la sexualité

Chaque événement de déconstruction est singulier, au plus près possible d'un idiome ou d'une signature

Dans le mot "déconstruction", les portées grammaticale, linguistique ou rhétorique sont associées à une portée machinique

L'apophatique derridienne n'est pas une théologie négative, car la réappropriation du "rien" ne peut qu'échouer

Il faut élucider la différence sexuelle à partir de la jetée disséminale, et non l'inverse

Même si l'on parle pour ne rien dire, même si le discours est négatif, s'il n'a ni sens ni référent, s'il est sans lieu : il a lieu, il est la trace d'un événement qui l'aura rendu possible

Dire que "le Dasein n'appartient à aucun des deux sexes" n'implique pas qu'il soit asexué, mais au contraire qu'une sexualité plus originaire, pré-duelle, s'y déploie

Interpréter "Ehieh acher Ehieh" comme logos, unicité de l'être, c'est faire du judaïsme une simple variante du logocentrisme universel

Le logos parle, spontanément, de son propre chef; il parle de lui-même pour rassembler l'être auprès de soi, sans méta-logos

La foi protestante, qui repose sur la responsabilité purement intérieure du logos, structure la conscience culturelle et scientifique des peuples modernes

La main qui garde la parole, prend et donne la chose comme telle, se rapporte aux modes de la présence

Vivre ensemble, rassemblés dans une nation, exige, à même la mémoire, l'oubli des violences originaires qui fondent la nation

Toute phrase négative est déjà hantée par Dieu ou par le nom de Dieu, qui nomme l'hétérogène, l'incommensurable, ce sans quoi l'on ne saurait rendre compte d'aucune négativité

Pour toute oeuvre, un événement singulier est présupposé : une trace qui n'advient qu'en s'effaçant, n'arrive irréductiblement, dans son idiome, qu'à devenir cendre

Avant nous, "il aura fallu parler"; mais de la trace de cette nécessité, de cette injonction immémoriale qui n'arrive qu'à s'effacer, "il ne faut pas parler"

Si la prière pouvait être une expérience purement pure du rapport au rien, au néant, il n'y aurait pas d'écriture; mais faute de cette expérience, "il faut écrire"

"Psyché" est le lieu psychique d'une fantasmatique pulsionnelle où se stabilise l'"esprit" ou l'"âme" des peuples, et où s'institue le logos des nations

Tout se passe comme si, à lire Heidegger, la différence sexuelle n'était pas "à hauteur de différence ontologique" - et pourtant, la neutralité du Dasein n'est pas asexuelle

La théologie négative ne peut échapper à la rhétorique du renoncement au savoir que par la prière, l'apostrophe, l'adresse à l'autre, à un "toi"

Une dissémination originaire appartient à l'être du Dasein : il s'auto-affecte dans un rapport à soi déjà dispersé (espacement, entre-deux)

En dénonçant le retrait de la main qui s'opère avec la machine à écrire, Heidegger dénonce l'essence même du geste d'écrire et de l'écriture

"Geschlecht" est un mot intraduisible dont le champ sémantique recouvre les appartenances de sexe, race, espèce, genre, souche, famille, génération, généalogie, communauté, ...

Déclaration de Jacques Derrida : "Je dois, à Jérusalem, parler de la trace dans son rapport à la théologie négative - mais sans rien dire du plus proche : le Juif, l'Arabe"

Eloignée de tous les autres organes par l'abîme de la parole et de la pensée, la main est la "monstruosité" de l'homme, cet être qui montre, donne et reçoit

Dieu a lieu en un lieu sans être et sans lieu, un lieu qui n'est pas Dieu, une atopique inintelligible, insensée, folle

Psyché, Inventions de l'autre (tome 2) (Jacques Derrida, 1987, édition revue et modifiée en 2003) [Psyche2]

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
DerridaBiblio

2003_PSYCHE

YYA.2003.Derrida.JacquesGenre = -