Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, ses livres                     Derrida, ses livres
Sources (*) :              
Jacques Derrida - "L'autre cap", Ed : Minuit, 1991,

"L'autre cap", suivi de "La démocratie ajournée" (Jacques Derrida, 1991) [AutreCap]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

Ce livre de 124 pages contient deux textes qui ont d'abord été publiés dans la presse.

 

p9 : Aujourd'hui (avant-propos du 29 janvier 1991)

p11 : L'autre cap. Mémoires, réponses et responsabilités : conférence prononcée à Turin le 20 mai 1990 lors d'un colloque sur "l'identité culturelle européenne". Les notes ont été ajoutées après coup. Cette conférence a été publiée en octobre 1990 sous forme abrégée dans Liber, Revue européenne des Livres, n°5, puis reprise en quatre langues, dans d'autres journaux européens (Frankfurter Allgemeine Zeitung, L'Indice, El Pais, Le Monde).

p103 : La démocratie ajournée : version intégrale d'un entretien avec Olivier Salvatori et Nicolas Weill publié sous une forme abrégé dans le Monde de la Révolution française n°1 (janvier 1989).

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

Il faut prendre acte de la fission du capital : en s'ouvrant sur l'autre rive, il s'ouvre lui-même sur un autre, il se désidentifie

Mettre en péril le capital, c'est le menacer dans son idéalité, mettre en crise la culture de l'Europe, son identité et l'universel dont elle répond

Il faut, aujourd'hui, répondre du discours traditionnel de la modernité en s'avançant exemplairement vers tout autre chose ("l'autre du cap")

Il faut assumer l'héritage européen d'une idée de la démocratie qui reste à penser et à venir, dans la structure de la promesse

L'esprit est, comme le capital, une valeur excédante : la plus-value absolue et sublime du sans-prix

Premier axiome de l'Europe : pour se retrouver, il faut toujours qu'elle reparte, qu'elle recommence (axiome de finitude)

L'Europe ne se rassemble et ne s'identifie à elle-même que dans l'idée, phallique, d'une pointe avancée de l'exemplarité, d'une tâche infinie qui se capitalise

L'Europe se trouve aujourd'hui à un moment où elle doit répondre du cap (caput), de l'autre cap ou de l'autre du cap, une question qui se pose de façon absolument nouvelle

Second axiome de l'Europe : le propre d'une culture, c'est de n'être pas identique à elle-même (axiome de différence avec soi)

Europe est le nom singulier, absolument propre, de ce qui porte le sujet désirant ou volontaire à son maximum objectivable, sa dimension capitale

Dans sa constitution même, l'Europe répond de l'absolument nouveau, le nouveau attendu comme tel, au risque du pire

Il faut, aujourd'hui, tenir compte de la polysémie du mot "capital" pour trahir son ordre, y résister dans la fidélité à l'autre cap ou l'"autre du cap"

Dans sa singularité, son unicité, l'exemplarité témoigne d'un appel de l'universel auquel elle prétend répondre

Il se pourrait que dans une démocratie à venir, encore ajournée, le "jour" de l'opinion publique et des médias, avec ses effets télémétathéoriques, se détache du présent

En politique, la responsabilité, aujourd'hui, c'est de faire l'expérience d'un impossible : répondre à la position d'un cap (l'Europe) en résistant à toute prise de pouvoir

Le discours politique moderne produit l'opinion publique comme artefact, cinématographie spectrale, qui hante et déborde la représentation électorale

Il n'y a d'opinion publique "comme telle" qu'aux limites de la démocratie : dans / hors les institutions, entre public et privé, etc.

Il faut répondre à l'appel de la mémoire européenne : un devoir aporétique, le devoir universel d'une aporie critique

Il faut appeler à une responsabilité qui endure les antinomies de l'héritage européen, tout en respectant ceux qui refusent les tribunaux institués de cette responsabilité

On ne peut exercer une responsabilité - ou une décision, une morale, une politique - qu'en forme négative (sans X, il n'y aurait pas Y), sans règle générale

Le paradoxe de l'universel, c'est qu'en lui se croisent et se capitalisent les antinomies de l'identité européenne, qu'il faut endurer

"L'autre cap", suivi de "La démocratie ajournée" (Jacques Derrida, 1991) [AutreCap]

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
DerridaBiblio

1991_AUTREC

YYA.1991.Derrida.Jacques

Rang = ZZ_BIB_Derrida_AutreCap
Genre = -