Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la Shoah                     Derrida, la Shoah
Sources (*) : [La] matrice derridienne (ce qui s'en restitue)               [La] matrice derridienne (ce qui s'en restitue)
Pierre Delain - "Les mots de Jacques Derrida", Ed : Guilgal, 2004-2017, Page créée le 1er juillet 2019 [La] matrice derridienne (ce qui s'en étudie)

[Derrida, la Shoah]

[La] matrice derridienne (ce qui s'en étudie) Autres renvois :
   

Derrida, le mal radical

   

Derrida, Judéités

   
                 
                       

1. Il faut la penser.

A première lecture, on a l'impression que Jacques Derrida n'a pas tenté ou voulu penser la Shoah. Bien qu'il ait fait plus d'une remarque sur le sujet, il n'y a consacré aucun texte d'ensemble. La croyait-il impossible à problématiser, voire impensable ? Certainement pas. Il a soutenu que, même si aucun humanisme ne peut se mesurer à la "solution finale", il ne faut pas succomber à la tentation de l'irreprésentable ou de l'ininterprétable. Cela laisserait supposer qu'il aurait reporté à "plus tard" ce travail pour ne jamais l'accomplir - et ce qui vaut pour la Shoah et vaut aussi pour le nazisme en tant que phénomène historique. Mais cette hypothèse, elle aussi, peut être contestée. Lorsque l'on considère son œuvre dans son ensemble, l'impression est toute autre. Il se pourrait que certaines notions sur lesquelles il a insisté, comme l'appel à l'autre comme tel, à la singularité, les principes inconditionnels ou la dimension du mal radical, soient venus, sans le dire explicitement, briser ce silence. Il se pourrait même que la béance ouverte par la Shoah se tienne au cœur de sa pensée.

 

2. Sur le nazisme.

Parmi les auteurs sur lesquels Derrida a travaillé, un nombre non négligeable ont collaboré avec le nazisme, ou peuvent être accusés d'avoir été complices à un moment donné : Heidegger, Nietzsche, Carl Schmitt, Maurice Blanchot, Paul de Man, Jean Genet. Les lire, ce n'est pas devenir complice du nazisme, c'est repérer en quoi il est ambigu, en quoi sa machine de mort est indissociable de la culture européenne. N'est-ce pas la même machine, avec ses déterminations linguistiques, historiques, politiques, idéologiques, fantasmatiques, etc., qui peut produire à la fois certains énoncés de type nazi (ou totalitariste, ou colonial) et des énoncés anti-nazis ? On peut se poser la question à propos de Nietzsche, qui a servi et sert encore de référence légitimante aux nazis comme aux anti-nazis. Ce type de texte ambigu n'est pas clos, il a encore un avenir, il peut surgir à tout moment, sa portée est imprévisible.

On peut penser le nazisme dans les termes de Walter Benjamin (radicalisation du mal liée à la chute dans le langage de la communication, radicalisation totalitaire d'une logique d'Etat, corruption radicale de la démocratie parlementaire par une police qui détient le vrai pouvoir, radicalisation d'une voilence mythique esthétisée, dans une organisation techno-industrielle propice à la culture de masse). Derrida ne rejette pas cette démarche, mais il en propose une autre : tenter de penser le nazisme depuis son autre (la singularité, le nom de l'autre).

 

3. Qu'est-ce qui arrive avec la Shoah ?

- la volonté d'annihiler la singularité de l'autre, voire l'autre comme tel, et même le nom,

- un usage de la loi, du droit, du pouvoir d'Etat, totalement déconnecté de la justice,

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Aucun humanisme ne peut se mesurer à la "solution finale", cette chose sans nom; et pourtant il ne faut pas succomber à la tentation de l'irreprésentable ou de l'ininterprétable

-

Nous ne savons pas encore penser le nazisme, car la machine à produire les énoncés nazis peut aussi produire des énoncés anti-nazis

-

Il faut tenter de penser le nazisme depuis son autre : la possibilité de la singularité, de la signature et du nom

logo

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaShoah

AA.BBB

DerridaCheminements

XU.SH.OAH

AllianceOeuvrer

SU.LKD

CS_DerridaShoah

Rang = zQuoisDerridaShoah
Genre = -