Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
"La vie la mort" : graphies d'alliance                     "La vie la mort" : graphies d'alliance
Sources (*) : Orlolivre : comment ne pas mourir ?               Orlolivre : comment ne pas mourir ?
Pierre Delain - "Après...", Ed : Guilgal, 2017, Page créée le 15 mai 2019 J.D., une éthique de l'œuvre

[Entre vie et mort se nouent des alliances, des graphies, des scènes d'écriture qui font oeuvre]

J.D., une éthique de l'œuvre
   
   
   
Derrida, la vie, la survie Derrida, la vie, la survie
"Mourir vivant", un fantasme et plus               "Mourir vivant", un fantasme et plus    
                       

A. Biographie, autobiographie, alliance.

Le séminaire "La vie la mort" (1975-76) est, comme son titre l'indique, un séminaire sur les rapports entre vie et mort, mais il est surtout le lieu d'un désir ou d'une tentation d'un "pas au-delà", une autre relation, une autre alliance entre bio et thanatos, déjà en mouvement dans la relation dissymétrique entre vie et mort telle qu'on peut l'analyser, par exemple, chez Nietzsche, Freud ou François Jacob. Il n'y est pas question d'un rapport empirique entre ces deux notions difficilement accessibles, à peine cernables, mais d'une alliance entre leurs bords, leurs limitrophies, jamais complètement dissociée de l'expérience de ceux qui écrivent, qu'il s'agisse de Derrida lui-même entre ses textes et sa vie, ou de toute autre production textuelle ou graphique.

 

B. De l'autobiographie à l'auto-hétéro-thanato-bio--graphie.

Pour décrire différentes modalités du rapport ou de l'alliance entre vie et mort, Jacques Derrida s'empare de fragments de mots, il les réaménae, les ordonne, les réorganise : auto, hétéro, allo, bio, thanato, graphie. Ce sont des néologismes, des inventions qui apparaissent pour la première fois à l'occasion de ce séminaire et de ses réécritures. On peut faire une liste de ces mots et les analyser comme des moments distincts, quoique liés entre eux. On peut leur donner un nom, par exemple graphies d'alliance vie-mort. Comme leur nom l'indique, ce sont des graphies, des écritures. Il ne s'agit pas de structures qui pourraient se stabiliser, se définir comme telles, mais tout au plus de strictures qui ne trouvent leur unité que par les mots. Ces mots ne valent que dans le contexte d'une situation, une parole, un discours. Leur sens peut changer en fonction des interprétations. On peut les lire comme des moments, on peut leur donner une consistance, voire les conceptualiser, mais il serait illusoire de les penser comme essences ou phénomènes.

Je distingue entre les quatre premiers moments, liés entre eux et sans doute moins distincts chez Derrida que ce que je vais dire, les deux suivants et le tout dernier, qui nous engagent différemment.

 

A. "La vie la mort", quatre graphies d'alliance vie-mort.

1. Auto-bio-graphie. C'est un "je" qui déclare : [Je raconte ce que j'ai accompli quand j'étais vivant], ou bien [Je raconte ma vie, je me raconte].

cf : [Auto-bio-graphie : L'alliance autobiographique entre "moi" et l'"autre moi" qui me raconte, c'est aussi une alliance entre vie et mort] et, au cinéma : [CinéAnalyse].

 

2. Auto-thanato-graphie. Par comparaison avec la formule de l'autobiographe, [Je raconte ce que j'ai accompli quand j'étais vivant], la déclaration correspondante pourrait être : [Je sais que je suis mort, mais comme je ne peux pas le proférer, un autre "je" le profère et l'écrit].

cf : [Auto-thanato-graphie : Quand le "je" qui raconte met en jeu, en images ou en récit son propre effacement], et, au cinéma : CinéAnalyse.

 

3. Hétéro- ou allo-bio-graphie. La déclaration correspondante pourrait être : [Je raconte la vie d'un autre, mais c'est une fiction, car cette vie que je raconte, c'est la mienne].

cf : [Hétéro ou allo-bio-graphie : Je présente une vie comme celle d'un autre, alors que c'est de la mienne dont il s'agit], et, au cinéma : CinéAnalyse.

 

4. Hétéro- ou allo-thanato-graphie. La déclaration pourrait être : [Ta mort, tu ne peux pas la raconter puisque tu es mort, mais moi qui survis, je peux la raconter].

cf : [Moi qui survis, je peux raconter ta mort : Hétéro ou allo-thanato-graphie], et, au cinéma, CinéAnalyse.

 

B. "La vie la mort", un pas de plus, deux graphies d'alliance.

Dans le texte derridien, ces quatre moments (autobiographie, autothanatographie, hétérobiographie, hétérothanatographie) se recoupent les uns les autres. Noués entre eux, emmêlés, ils ne se présentent pas séparés, à la façon des distinctions plus tranchées que je viens de proposer. Ce ne sont pas des moments descriptibles en tant que tels, mais des mouvements, des pas qui marchent ensemble ou en série. D'une part, en faisant la liste de ces néologismes, je contribue à figer la stricture qui les unit, mais d'autre part, en les entendant d'une oreille différente, je contribue à ouvrir d'autres voies, plus ou moins strictes, à leur déploiement.

Ces moments qui n'en font qu'un sont toujours déjà affectées par la différance. Ils sont contaminées par un "pas au-delà" dont certaines déterminations fragmentaires peuvent surgir, entre ces mots ou en plus de ces mots. Que peut-on dire de ce pas ? Telle est peut-être la question principale, la question d'avant la question, posée par Derrida dans son séminaire, sur laquelle il travaillera jusqu'à son dernier jour.

 

5. Oto-bio-graphie. [Je suis à l'écoute de la vie d'un autre que je porte en moi].

cf : Le moment où la graphie rencontre une autre oreille, une autre vie extérieure à elle-même; [Oto-bio-graphie : Par l'oreille d'un autre, une alliance supplémentaire avec la vie peut se nouer], et, au cinéma : CinéAnalyse.

 

6. Auto-hétéro-allo-thanato--graphie. Le moment où la situation devenant plus dangereuse, menaçante, on hésite à aller plus loin. Dans le texte derridien, ce moment de paralyse arrive avec un mot-valise lui-même divisé, partagé en deux par un double tiret (--) qui empêche d'aller plus loin dans la graphie, ce que je traduis par une déclaration plus tremblante : Entre "ma mort" et "le mouvement de ma vie" vient s'intercaler une différance dangereuse qui me paralyse. Freud s'engage dans le faire-œuvre, mais celui-ci reste conditionnel.

cf : [Auto-hétéro-allo-bio/thanato--graphie : paralyse de Freud], et, au cinéma : CinéAnalyse.

 

Cela fait donc six néologismes, six moments de l'écriture derridienne. Toutefois les deux textes, Au-delà du principe de plaisir et Spéculer sur "Freud", ne se bornent pas à la paralysie. Il y a, peut-être, un au-delà de la paralysie, un septième moment.

 

C. Le "pas au-delà".

Le septième moment d'alliance vie-mort inaugure une toute autre démarche, en rupture avec les engagements et les dettes des moments précédents. Il ne s'agit plus de résoudre des questions, mais de faire-œuvre, inconditionnellement. [Il s'agit, aujourd'hui, dans un ultime moment d'alliance entre vie et mort, de donner lieu à une scène d'écriture, toute autre, déliée de toute dette, qui fasse oeuvre]. Au cinéma : [CinéAnalyse].

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[L'alliance autobiographique entre "moi" et l'"autre moi" qui me raconte, c'est aussi une alliance entre vie et mort]

-

L'oeuvre d'un auteur (son corpus) et sa vie (son corps) sont traversées par la force et la dynamique d'un bord - qui n'est jamais indivisible

-

[(CinéAnalyse) : En racontant ma vie, en me racontant : auto-bio-graphie]

-

[Derrida, sur sa vie] - élements biographiques et autobiographiques

-

[Quand le "je" qui raconte met en jeu, en images ou en récit son propre effacement : autothanatographie]

-

[(CinéAnalyse) : En me mettant à la place d'un autre pour raconter, comme si j'étais vivant, ma propre mort : "Auto-thanato-graphie"]

-

[Je présente une vie comme celle d'un autre, alors que c'est de la mienne dont il s'agit : hétéro-bio-graphie]

-

[(CinéAnalyse) : En me racontant à travers la vie d'un autre : hétéro-bio-graphie]

-

[(Moi qui survis, je peux raconter ta mort : Hétéro ou allo-thanato-graphie]

-

En lisant des textes autobio- ou autothanato-graphiques, on peut repérer des lieux ouverts à la traversée de suppléments parergonaux - vers l'hétérothanatographie

-

[(CinéAnalyse) : En portant la mort de l'autre qui est aussi ma mort (hétéro-thanato-graphie)]

-

[Par l'oreille d'un autre, une alliance supplémentaire avec la vie peut se nouer : otobiographie]

-

[(CinéAnalyse) : En prolongeant ma vie par celle d'un autre qui m'aura entendu et parlera à la première personne : oto-bio-graphie]

-

[La paralyse freudienne : Auto-hétéro-allo-bio/thanato--graphie]

-

[(CinéAnalyse) : En restant paralysé, quelque part entre vie et mort, à l'arrêt devant une différance dangereuse]

-

[Il s'agit, aujourd'hui, dans un ultime moment d'alliance entre vie et mort, de donner lieu à une scène d'écriture, toute autre, déliée de toute dette]

-

[(CinéAnalyse) : En se déliant de toute dette, de tout engagement qui empêcherait l'oeuvre d'en ajouter à la vie]

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
LVLO

AA.BBB

ProjCinemonde

SC.LKD

EthiqueOeuvre

EE.LEE

DerridaVie

JH.LKJ

MourirVivant

OE.LKO

LV_LVLO

Rang = YLVLMExterio
Genre = -