Projet
Derrida
Art
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
         
 
         
Boutique
Le récit de l'Orloeuvre

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Nul ne peut s'approprier l'oeuvre                     Nul ne peut s'approprier l'oeuvre
Sources (*) : Séparer "oeuvre" et "art"               Séparer "oeuvre" et "art"
Colette Jeudon - "L'objet (u)", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 26 avril 2011 Oeuvres : répondre de l'unique

[Nul ne peut s'approprier l'archi-oeuvre]

Oeuvres : répondre de l'unique
   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

1. Aujourd'hui, les lieux où les oeuvres d'art sont exposées sont en général blancs et nus, aussi abstraits que possible, aussi réduits que possible à la fonction de simples supports. Cette abstraction ouvre la possibilité du déploiement de l'archi-oeuvre. Chaque fois, c'est un événement. Des objets disparates, abandonnés, se détachent de l'utilité qui caractérise l'objet mondain. Ils exhibent leur inutilité, leur désoeuvrement, et viennent ainsi à l'existence [muséale]. Qu'ils soient désignés comme "oeuvre" favorise les conditions singulières d'apparition de l'"archi-oeuvre" : quand l'oeuvre, gardée par ce lieu d'accueil et d'accumulation, vient aussi, en outre, en plus (par-dessus le marché, cf VI-2), se mettre à nu, se montrer elle-même. Il faut que l'objet fasse mal, il faut qu'il soit discordant pour que cette dissonance puisse être sauvée, idéalisée, exposée et reproduite. Le musée est le lieu d'une relève [au sens de l'Aufhebung hegelienne]. Ce qui arrive alors peut se comparer à une apocalypse avec sa double signification : une vérité se révèle dans la verticalité (transcendance, sublimation, dévoilement) / mais cette révélation se fait au prix d'une ruine qu'on ne peut que déplorer, d'un cataclysme qui menacerait le musée lui-même s'il n'était le lieu de l'imploration, l'endroit sacré de la commémoration.

En se détachant doublement, comme produit et comme oeuvre, sur les murs blancs des musées (comme elle le faisait autrefois sur les murs de pierre des églises), l'oeuvre s'expose aux coups et aux contre-coups.

 

2. Le cas des "Souliers" de Van Gogh.

Qu'est-ce qu'une oeuvre d'art? Telle est la question posée par Heidegger dans L'Origine de l'oeuvre d'art (1932). Il prend l'exemple d'un tableau de Van Gogh. Quel tableau? Celui qu'il avait vu en 1930 dans un musée d'Amsterdam (les Vieux Souliers aux lacets) ou un autre dont il aurait aperçu une reproduction? Il est impossible de le savoir, mais peu importe. Jacques Derrida, dans La Vérité en peinture (1978) (suivant sur ce point l'analyse de Meyer Schapiro), l'accuse de projeter sur ce tableau son idéologie terrienne : leur obscure intimité, leur pesanteur, le dur labeur le long des sillons, la terre grasse et humide, etc... La vérité de Heidegger, qui se révélerait dans l'être-produit du produit (la chose), reflète ses identifications. Il ne s'agit pas pour lui de laisser être les chaussures, mais de se les approprier. Derrida s'appuie sur le critique d'art américain Meyer Schapiro, mais celui-ci ne procède pas autrement. Lui aussi met en avant ses propres prémisses : les chaussures ne seraient pas celles d'une paysanne, mais d'un homme errant de ville en ville, de ce citadin cosmopolite qu'était véritablement Van Gogh selon l'opinion de l'historien. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, Shapiro imagine les chaussures hantées par son propre déracinement - ce qui est une autre façon de les arraisonner. Mais cette restitution à leur véritable propriétaire que tous deux appellent de leur voeux ne peut qu'échouer, car le tableau n'est pas un objet, c'est une oeuvre.

En quoi est-ce une oeuvre? Pour comprendre cela, il faut, revenant à Heidegger, distinguer l'être et l'étant. Ce qui est là, présent, visible dans le tableau (l'étant) coexiste (ou coek-siste) avec ce qui le hante (l'être). Le mouvement des chaussures, ce qui les fait marcher, c'est cette différence-là (ontico-ontologique). Les vieilles godasses, enfin, nous permettraient-elles de voir la différance? N'allons pas jusque là, mais il y a en elles un défi, un pari impossible. Ces godasses disparates, détachées, délaissées, délacées, dépareillées, flottantes, sans lieu où se stabiliser, ne se réfèrent à rien. Si elles nous font marcher, c'est en nous interdisant de prendre appui sur elles. Ne nous enfermant dans aucune réalité originelle, elles nous laissent (à nous) la charge de dire ce qu'elles sont. Ni le philosophe Heidegger, ni le critique d'art Schapiro, qui rabattent tous deux le tableau sur le référent, ne situent ce tableau dans une autre série, spécifiquement picturale. En effet Van Gogh a peint une dizaine de tableaux de souliers qui se citent les uns les autres. C'est en laissant parler cette série, en laissant le mouvement d'un tableau à l'autre s'écrire [et aussi d'un tableau de Van Gogh à un autre tableau d'un autre peintre qui aurait pu être peint plus tard], qu'on peut éviter le piège de la rhétorique contextuelle. En visant l'archi-oeuvre, on touche ici aux thèmes du parergon (v. VI) et de l'auto-affection (v. IV).

 

--------------

Propositions

--------------

-

Heidegger et Schapiro veulent tous deux s'approprier les chaussures peintes par Van Gogh

-

Heidegger a projeté sur les souliers de Van Gogh son propre attachement à la terre

-

Le dépareillé induit à penser la vérité de la paire, tout comme le hors d'usage exhibe l'utilité, et le désoeuvrement expose l'oeuvre

-

La peinture rend, restitue, réajuste ou complète ce qui s'est retiré, hors d'usage, hors du tableau

-

Les Vieux Souliers de Van Gogh, disparates et dépareillés, nous laissent dire ce qu'ils sont

-

Le pari impossible des chaussures de Van Gogh, c'est que, même dépareillées et disparates, elles font marcher

-

Dans des sabots vides, on peut imaginer lire un monde, mais ils ne sont rien d'autre que ce qu'ils sont

-

La paire, fétichisée, rive à l'usage, tandis que le dépareillé oeuvre selon la logique du parergon : il met en mouvement

-

On peut, dans les "Souliers" de Van Gogh, repérer la différence entre ce qui est là, présent (l'étant) et ce qui est là sans être présent, en connivence avec la hantise (l'être)

-

Quand l'acte de création, en tant qu'événement singulier, ressort de l'oeuvre même, alors il y a création et non production

-

[L'oeuvre d'art est un acte de maladresse volontaire, un coup dissonant qui ne vit et ne survit que par un contre-coup : une consonance idéalisatrice, académisante]

-

La peinture dans son milieu abstrait (le mur du musée) se détache doublement, comme produit et comme oeuvre : double marque de pliure et de dissémination

-

[Exposer une oeuvre, l'archiver dans un musée et dans l'histoire de l'art, c'est l'ex-poser aux coups et à la différance sans lesquels il n'y a pas de regard]

-

Comme le mur d'église, le musée est un subjectile : lieu d'accueil et d'accumulation qui garde la discordance, la relève et la sauve dans une consonance

-

Une oeuvre est un événement apocalyptique : à la fois mise en ordre et ruine

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Colette
ArchiOeuvreInstitution

AA.BBB

ArchiOeuvreArt

PD.LDD

FilOrloeuvre

E.PD.LDD

JI_ArchiOeuvreInstitutionGenre = -