Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
[La] matrice derridienne (ce qui s'en étudie)                     [La] matrice derridienne (ce qui s'en étudie)
Sources (*) : Le Derridex, aux fins de laisser venir l'"autre livre"               Le Derridex, aux fins de laisser venir l'"autre livre"
Pierre Delain - "Après...", Ed : Guilgal, 2017, Page créée le 9 décembre 2016

[La matrice derridienne (ce qui s'en étudie)]

   
   
   
                 
                       

Le rapport de Derrida à la théologie est étrange. Lui-même aurait rejeté avec vigueur le qualificatif de théologien, y compris quand il s'agissait de théologie négative. Il s'affirme athée et tient à déconstruire la religion, et pourtant de nombreux théologiens ou experts en théologie - surtout chrétiens - le citent et s'appuient sur lui pour leur élaboration. Comment expliquer ce paradoxe? D'un côté, il déconstruit les deux sources de la religion (voir ici) - celle qui tend à l'immunité du propre comme celle qui fait reposer la croyance sur ce témoin de la vérité que, dans la plupart des religions, on nomme Dieu. Mais d'un autre côté, cette déconstruction semble poser les bases d'un autre genre de religion, un supplément de religion où la première source se transmue en désappropriation, et la seconde se transforme en éthique de l'acquiescement. Dans cette religion supplémentaire, il n'y a ni rite, ni institution, mais performance, mise en œuvre, œuvrance. On peut l'analyser comme un pas supplémentaire dans cette autre tradition biblique (non théologique) où le sacrifice a été remplacé par la prière et l'étude (le judaïsme). Dans ces conditions, que certains talmudistes ou cabalistes revendiquent leur filiation derridienne n'est pas pour surprendre. La sortie derridienne de la religion ne serait-elle que le déguisement d'une spirale, d'un tour de plus dans la religion même?

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[Derrida, judaïsme, judéités]

-

[Derrida, l'alliance]

-

[Derrida, la circoncision]

-

[Derrida, la tour de Babel]

-

[Une langue de la déconstruction serait comparable à une langue sacrée - insécularisable comme l'hébreu, langue d'étude et de liturgie]

-

[Il faut faire venir le "Viens" qui, dans les discours apocalyptiques, fait écho au "gala" hébraïque]

-

[Derrida, la Torah]

-

[Derrida, l'oubli]

-

[Derrida, mémoire, remémoration]

-

[Derrida, la Cabale]

-

[Derrida, le Qui et le Quoi]

-

[Derrida, athéisme, athéologie]

-

[La quête aporétique s'impose à Derrida, sans qu'il puisse en décider autrement, par l'énoncé indéniable, intraitable et ineffaçable : "Je suis Juif"]

-

[Derrida, la promesse]

-

[L'autre nom du mal radical derridien, extérieur à la philosophie, que Jacques Derrida ne mentionne pas, c'est : Amaleq]

-

Il faut tenter de penser le nazisme depuis son autre : la possibilité de la singularité, de la signature et du nom

-

[On peut lire l'oeuvre derridienne comme un supplément au Kol Nidré, où le lien passé et à venir entre parole et dette serait, sans condition, suspendu]

-

[La Cabale cachée de Jacques Derrida]

-

[Dans "Glas", Jacques Derrida prend au mot ce que Hegel reproche au judaïsme : il n'est pas de relève possible au "rien" invisible, innommable, au "sans contenu" des Juifs]

-

[Derrida, Dieu, le nom de Dieu]

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

MatriceD
AllianceOeuvrer

AA.BBB

ProDerridex

CN.LKD

DT_AllianceOeuvrer

Rang = OOeuvranceAlliance
Genre = -