Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Orlolivre : comment ne pas œuvrer ?                     Orlolivre : comment ne pas œuvrer ?
Sources (*) : Les tâches orloviennes (ce qui s'en éparpille)               Les tâches orloviennes (ce qui s'en éparpille)
James Bodden - "Inlassable et féconde", Ed : Guilgal, 2007, -

 

-

Les récits de l'incalculable

[Orlolivre : Comment ne pas oeuvrer ?]

Les récits de l'incalculable Autres renvois :
   

L'oeuvre derridienne et ses bords

   

Derrida, l'art, l'oeuvre

   
Comment ne pas ... ? Comment ne pas ... ?
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

On entend souvent les critiques porter un jugement sur tel ou tel film. C'est du cinéma disent-ils, ou Ça n'est pas du cinéma. Le critère n'est pas toujours très clair, mais l'affirmation est la plupart du temps tranchée, radicale, et ça ne date pas d'hier. Les cinéastes de la Nouvelle Vague ne se dérangeaient pas pour porter ce genre de jugement, et les critiques les plus subtils, comme par exemple Serge Daney, ne se dérangent pas non plus. Je me suis souvent dit que, bizarrement, la question était posée à l'envers. Pour l'immense majorité des films et aussi la grande majorité des spectateurs, le cinéma n'est-il pas une industrie du loisir, un système répétitif qui ne cesse de remettre en images les mêmes scénarios, les mêmes procédés et les mêmes canevas ? Il me semble que le cinéma, c'est précisément ça, et que inversement, ce qu'ils couvrent de louanges en le qualifiant de cinématographique, c'est ce qui fait exception à cette règle. Tout dépend de la dignité qu'on accorde à ce mot, cinéma, de la valeur qu'on lui attribue. Les films d'auteur, les films singuliers, les films inventifs, on devrait dire que ça n'est pas du cinéma puisque ça n'entre pas ou mal dans la chaîne marchande qui définit cette industrie. Mais on aurait alors une autre difficulté, qui serait de trouver un nom à cette catégorie du non-cinéma. Ces films qui se soustraient à la chaîne de fabrication à laquelle pourtant ils appartiennent, c'est quoi? Je dirais banalement, pour employer un mot tout à fait courant, ce sont des œuvres. Il y aurait donc dans cette chaîne, si vous acceptez mon vocabulaire, les films-œuvres et les autres. Bien sûr je reste dans un langage ultra-classique, je ne fais que déplacer la question. Vous raurez beau jeu (et raison) de me demander : u'est-ce qui caractérise ce que je nomme d'un si beau mot, les œuvres ? C'est une question tout aussi difficile que l'autre, sur le cinéma, qui exige pour qu'on y réponde un certain engagement, une implication personnelle.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[Derrida, l'art, l'oeuvre]

-

La mutation du concept d'oeuvre dans le travail universitaire participe d'une autre mutation, absolue, radicalement nouvelle, qui transforme l'espace public

-

Jacques Derrida met en oeuvre tout autrement le concept d'oeuvre, tout comme ceux d'auteur, de signature, de genre, d'adresse, etc.

-

[Principe de l'oeuvre : ce qui a lieu dans une oeuvre s'affirme inconditionnellement, en-dehors de tout calcul, de toute finalité et de toute transaction]

-

[Derrida, analogie, comparaison, "comme", "comme si"]

-

[Derrida, la métaphore]

-

[Derrida, l'invention]

-

[Derrida, acte de parole ou de langage, performatif]

-

[Dans l'énoncé performatif, le plus événementiel qui soit, l'intention et l'assistance sont irréductiblement absents]

-

[Toute oeuvre qui produit les conventions, formulations et critères qui la légitiment, est performative "au-delà du performatif"]

-

[Aporie n°1 de l'oeuvre performative : "Elle ne peut affirmer sa singularité, son unicité, qu'en réitérant des modèles et des conventions"]

-

[Aporie n°2 de l'oeuvre performative : "Elle est indécidablement performative et constative, car tout ce qu'elle invente, elle le présente comme un constat"]

-

[Ce qui est absolument nouveau aujourd'hui, inouï, c'est qu'il peut toujours arriver un performatif "tout autre", au-delà du performatif]

-

[Derrida, la mimesis]

-

[Derrida, economimesis]

-

[Derrida, le génie]

-

A la question "Qu'est-ce qu'un génie?", on doit répondre à la deuxième personne : "Génie, qui es-tu?", dans le secret du silence : "Qui est tu?"

-

[Le génie de Jacques Derrida, c'est d'avoir laissé venir dans l'université ce qui aurait pu arriver autrement ou ne pas arriver : une inconditionnalité absolue, inouïe]

-

[Il faut répondre de l'oeuvre : sa dictée, son injonction, son appel à la réponse, à la responsabilité]

-

[Par son oeuvre, Jacques Derrida annonce l'"oeuvre à venir"]

-

"Pour une œuvrance à venir" (Pierre Delain, 2011-2017) [OPDS]

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

OrloLivres
ConceptOrloeuvre

AA.BBB

DerridaEpar

JL.OOL

RDLIParcours

MC.LLM

GdoFabrique

QR.LDK

NO_ConceptOrloeuvre

Rang = ZZ_BIB_Delayin_Pierre_RDLP
Genre = -