Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Du mal radical aux inconditionnalités                     Du mal radical aux inconditionnalités
Sources (*) : L'oeuvre derridienne, vaccin contre le pire               L'oeuvre derridienne, vaccin contre le pire
Pierre Delain - "Après...", Ed : Guilgal, 2017, Page créée le 9 décembre 2014

 

-

Derrida, le mal radical

[Il faut, inconditionnellement, désactiver la loi du pire]

Derrida, le mal radical
   
   
   
[La] matrice derridienne (ce qui s'en prescrit) [La] matrice derridienne (ce qui s'en prescrit)
[La] matrice derridienne (ce qui s'en restitue)               [La] matrice derridienne (ce qui s'en restitue)    
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Jacques Derrida avait 14 ans quand les informations sur la Shoah ont commencé à se répandre. Lors du déclenchement de la guerre d'Algérie, il avait 24 ans et vivait à Paris depuis cinq ans. Il a vécu une large partie de sa vie pendant la guerre froide, avec ses dangers nucléaires. Il a rarement commenté ces événements, et lui-même était réticent à l'idée de rapprocher une philosophie d'une biographie. Et pourtant ces événements porteurs d'extrême violence ont pu entretenir chez lui une inquiétude, un souci, qui sera resté jusqu'à la fin indissociable de sa pensée.

a. Ce souci pourrait avoir été l'une des sources de l'invention de la différance, vers 1963, et de sa vive réaction devant certains aspects de la pensée structurale. Toute structure fermée, close sur elle-même, pouvant évoquer le mal radical, il fallait produire un concept de différence qui intègre en lui le déplacement, le mouvement, l'espacement. C'était une tâche urgente, un "Il faut" radical.

b. Cela expliquerait l'importance chez lui de la mort, du deuil, de la vie et de la survie. D'un côté, l'insistance de l'absence et de la mort, notamment dans l'écriture; de l'autre, une affirmation inconditionnelle d'un "plus que la vie". Voilà le cocktail qui aura produit la parole à la fois la plus aporétique et la plus messianique qu'on puisse imaginer.

c. Comment répondre à une époque qui se prétend "notre" époque, mais ne peut stabiliser aucune communauté, aucun " nous"? Une époque où coexistent le calculable absolu et le peut-être? La réponse s'inscrit dans la dimension performative de l'œuvre. Au mal radical, on ne peut répondre que par une liberté inconditionnelle, disséminée dans les modalités du "Il faut".

d. Ces interrogations trouvent une sorte d'aboutissement ou d'épanouissement dans l'"explosion" des inconditionnalités dans l'œuvre de Jacques Derrida à partir des années 1990 (amitié, hospitalité, don, pardon, etc.). On a parlé à ce propos de "période éthique". On peut interpréter cette floraison comme l'obligation de penser le nazisme. Le nazisme ne doit-il pas être pensé à partir de son autre? Et l'autre du nazisme n'est-il pas l'hétérogène, le singulier, le secret? Et les principes inconditionnels ne sont-ils pas, par excellence, les "autres" du nazisme? Et pour évoquer cela, ne faut-il pas partir du phileîn grec, de l'aimance? La déconstruction ne peut pas éviter d'aborder, fût-ce obliquement, le problème de la justice, cette clef de voûte instable de tout l'édifice.

e. Les inconditionnalités sont à la fois une réponse aux défaillances de l'époque, une prise de responsabilité, et la défaillance elle-même. Pour exorciser la menace d'une violence inouïe, d'un chaos radical, ce sont des concepts eux-mêmes inouïs qui s'imposent.

f. Il y a plus d'une inconditionnalité et il peut y en avoir d'autres; certaines peuvent s'effacer et d'autres venir en plus. Mais c'est toujours la logique du retrait qui les sous-tend. Pas un retrait mais plusieurs, une série de retraits ou de ratures, une sériature; il la faut pour désactiver la loi du pire.

---

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[Derrida, le mal]

-

[Derrida, le pire, le mal radical]

-

[Derrida, nos tâches, "Il faut"]

-

[L'oeuvre est le lieu où les pulsions de mort sont indissociables d'une graphique de la différance]

-

La déconstruction est du côté de l'affirmation inconditionnelle de la vie, d'une survie qui soit la vie plus que la vie, la vie la plus intense possible, au-delà de la vie

-

Au mal radical, on ne peut répondre que par une liberté inconditionnelle

-

Pour la déconstruction, le problème de la justice est essentiel - même s'il ne peut être "adressé" qu'indirectement, de manière oblique

-

Depuis un lieu invisible, Jacques Derrida s'engage dans une aimance qui en appelle à une loi d'hétérogénéité, à la dissymétrie d'une singularité absolue

-

Quand on ne peut plus identifier la figure de l'ennemi comme telle, alors vient la violence inouïe, le mal radical sans mesure et sans fond

-

Jacques Derrida fut exposé très jeune aux paradoxes d'une perte d'appartenance, à la fois libératrice et déterminée par un mal radical

-

[Un archi-choix, inconditionnel et secret, commande l'oeuvre derridienne]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
MalRadIncond

AA.BBB

OeuvrePrincipe

CD.LLM

DerridaMalRadical

YD.LKL

ArchiOeuvreDecons

OE.LOE

DerridaCheminements

MI.DE.SPI

CE_MalRadIncond

Rang = SDerridaMalrad
Genre = -