Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Babel, un lieu d'aporie                     Babel, un lieu d'aporie
Sources (*) : Idvi : comment ne pas étudier ?               Idvi : comment ne pas étudier ?
Bendito Sapintza - "Faisances et desfaisances de l'art", Ed : Galgal, 1988-2013, Page créée le 30 avril 2010

 

-

Derrida, la tour de Babel

[Il faut, aujourd'hui, préserver un lieu d'aporie, babélien, possible et impossible, pour que se traduisent les langues et les cultures]

Derrida, la tour de Babel
   
   
   
L'oeuvre derridienne : traduire le retrait L'oeuvre derridienne : traduire le retrait
Babel, mot polysémique, étrange, intraduisible               Babel, mot polysémique, étrange, intraduisible    
La Tora raconte l'impossible                     La Tora raconte l'impossible    

logo

Cliquer pour accťder ŗ son texte

 

Le chapitre 11 de la Genèse sur la Tour de Babel est reproduit ci-contre dans la traduction de Henri Meschonnic, ici dans la traduction de Marc de Launay et dans celle d'André Chouraqui.

Aujourd'hui, comme à l'époque des rédacteurs du texte, sommes menacés par la domination d'une seul langue, l'enfermement de la pensée dans des paroles scellées et des phrases closes (creuses). Il est temps de dénoncer le gigantisme, la folie des grandeurs, la subordination à des puissances ou des forces collectives dirigées par des marchands, des prêtres ou des rois, qui ne s'intéressent qu'à la vie matérielle. Il est temps d'abandonner ces immenses tours qui prétendent tutoyer le ciel.

Ces phrases, ces discours, nous avons l'habitude de les entendre. Nous avons l'impression qu'elles ne nous apportent rien de nouveau.

 

 

 

1. Et il y a eu toute la terre - langue une -- Et des paroles - unes

2. Et il y a eu - dans leur voyage vers l'orient -- Et ils ont trouvé une vallée - au pays de Chinear - et là ils ont fait leur demeure

3. Et ils ont dit - l'un vers l'autre -- allons - faisons blanchir des briques blanches -- et flambons - à la flambée -- Et la brique blanche pour eux - a été - la roche et la boue rouge -- pour eux a été - l'argile

4. Et ils ont dit - allons - bâtissons-nous une ville -- et une tour - et sa tête dans le ciel -- et faisons-nous - un nom -- Sinon nous nous éparpillerons - sur la face de toute la terre

5. Et Adonaï est descendu -- voir la ville - et la tour -- Que bâtissaient - les fils de l'homme

6. Et Adonaï a dit -- si le peuple est un - et la langue une pour eux tous -- et cela - ce qu'ils commencent à faire -- Et maintenant - ne pourra être retranché d'eux - rien - de ce qu'ils méditeront - de faire

7. Allons - descendons -- et là embabelons - leur langue -- Qu'ils - n'entendent pas - l'un - la langue de l'autre

8. Et Adonaï les a éparpillés - de là - sur la face de toute la terre -- Et ils ont cessé - de bâtir la ville

9. Aussi - on a appelé son nom - Babel -- parce que là - Adonaï a embabelé - la langue de toute la terre -- Et de là - Adonaï les a éparpillés -- sur la face de toute la terre.

(Traduction de Henri Meschonnic).

--------------

Propositions

--------------

-

A l'époque de la tour de Babel, l'univers n'avait qu'un seul bord, c'est-à-dire une seule langue

-

A l'époque de Babel, le monde entier était un ensemble de paroles scellées et de choses fermées

-

L'homme de la tour de Babel accède à l'artifice et à l'art, mais il met cette invention au service d'un pacte avec la matière

-

La faute de Babel, c'est de vouloir se faire un nom; Dieu punit en affectant le pouvoir de nommer

-

La transgression de Babel tient à son caractère collectif : elle veut unifier l'humanité en une seule voix, sans tenir compte des individus ni des peuples

-

En construisant la tour de Babel, les hommes se réunissent pour monter à la conquête du ciel; tandis que Yhvh descend pour donner à chacun le temps de son histoire

-

À l'époque de Babel, chaque famille humaine et chaque peuple parlait son dialecte; mais la langue sacrée avait été oubliée

-

En la qualifiant de "balal" (confusion en hébreu), les juifs babyloniens se moquaient de Babel et de sa tour (Bâb-Ilou, la "porte de Dieu" en akkadien)

-

Refusant la chose inerte et inventant la parole, Abraham, contemporain des bâtisseurs de Babel, a été le seul homme à refuser de prêter la main à l'entreprise

-

La confusion babélienne se joue entre la parole et l'écriture : la différence phonétique s'entend par la voix, mais la graphie ou la lettre passent l'entendement

-

La tour de Babel doit être abandonnée car son "nom" (shem, un mot répété six fois dans le texte), Babel, est imprononçable, il conduit à la confusion et à la ruine

-

La tour de Babel (Pierre Bouretz, Marc de Launay, Jean-Louis Schefer, 2003) [COL-LTDB]

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Bendito
BabelYhvh

AA.BBB

JudeitesAVenir

EM.LMO

DerridaBabel

FK.LLK

RetraitTraduction

VL.LKD

BabelTexte

CG.JJM

HebTalmudTora

FJ.LKD

LX_BabelYhvh

Rang = XBabelYhvh
Genre = -