Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida 1975 - 2003, un événement                     Derrida 1975 - 2003, un événement
Sources (*) : "La vie la mort" : graphies d'alliance               "La vie la mort" : graphies d'alliance
Jacques Derrida - "Séminaire "La bête et le souverain" Volume II (2002-2003)", Ed : Galilée, 2010, p88

 

- -

Derrida, plaisir, jouissance

Tout commence par la trace : une archive qui s'affecte d'avance de nostalgie, une mort qui me précède et reste à venir, une autobiophotographie non réappropriable

Derrida, plaisir, jouissance
   
   
   
Auto - bio - photo - graphie Auto - bio - photo - graphie
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Jacques Derrida commente l'effroi qui saisit Robinson Crusoé lorsqu'il voit une empreinte de pied sur le sable. Cette empreinte, est-ce lui-même qui aurait marché là sans s'en souvenir, ou bien est-ce celle d'un autre ? Après 15 années seul dans son île déserte, devant ce pied nu, c'est son passé qui lui revient (un autre homme, comme moi), mais comme avenir terrifiant (cet homme peut être dangereux, ce peut être un sauvage, un envoyé du diable). Il voit dans cette trace sa propre mort qui lui arrive, son passé qui lui revient comme risque de mourir, avec lequel il est engagé dans une course de vitesse. A peine a-t-il vu cette trace qu'il est déjà en deuil de lui-même, plein de nostalgie pour son propre passé. C'est alors que Derrida cite le vers de John Donne, dans le premier des Holy Sonnets (dont la publication, en 1633, a été posthume) : "I run to Death and Death meets me as fast / And all my Pleasures are like Yesterday". "Je cours vers la mort, je me précipite vers la mort et la mort vient à ma rencontre tout aussi vite" traduit Derrida (Sem2002 p86) qui insiste sur la dimension de vitesse ou de course de vitesse qui marque notre rapport à la mort. Je cherche à fuir mais elle me revient, je me dois à la mort. Je cherche à la prévoir, mais elle me prend toujours par surprise. Tout se passe comme si je mettais en œuvre un dispositif retard qui prendra ultérieurement ma propre photographie. A ce moment-là, je serai mort (déjà mort en image), cette photographie se détachera comme ma vie racontée, mon autobiophotographie. Cette photo serait l'archive de ma vie dont je suis déjà nostalgique. Mais mon mal d'archive est aussi une protestation : je me dois peut-être à la mort, mais il en reste quelque chose que d'autres peuvent voir. Il peut y avoir, dans ma propre archive que je ne peux pas me réapproprier, du plaisir. La trace par laquelle tout commence est aussi une image, un poème comme celui de John Donne.

Derrida cite le vers de John Donne, dans le premier des Holy Sonnets (dont la publication, en 1633, a été posthume) : "I run to Death and Death meets me as fast / And all my Pleasures are like Yesterday". Il traduit : "Je cours vers la mort, je me précipite vers la mort et la mort vient à ma rencontre tout aussi vite".

Puis il écrit : "Je cours à la mort, à la fois pour la fuir et la rejoindre. Plus je la fuis, plus vite je la fuis, je la chasse, plus vite je m'en approche, je la prends sur moi, je la prends au sens où, la chassant, je cours après elle. Je l'apprends, je la prends, et elle me prend par surprise. Tous les Umwege, tous les détours de la course sont déjoués par une mort qui me précède, qui est devant moi, avant moi - depuis hier. Toujours antérieure, dans sa futurité même, comme ce qui reste à venir, s'affectant d'avance depuis la nostalgie de sa propre archive - sa lumière même s'auto-affectant avec retard de photographie, d'autobiophotographie. Ou s'affectant d'avance par ce qu'on appelle en photographie un dispositif retard, de sa propre photographie, une photographie elle-même non réappropriable. Tout commence par l'archive ou le mal d'archive. (...) Et l'autre me dirait, ou je me dirais à l'autre : comme je cours à mort toujours après hier, hier sera toujours à venir : non pas demain, au futur, mais à venir, au-devant, là devant, avant hier (Derrida, La bête et le souverain, Volume II pages 88 , 90).

 

 

Cette autobiophotographie, on peut la mettre en série avec d'autres néologismes inventés par Derrida un quart de siècle plus tôt : auto-bio-graphie, auto-thanato-graphie, hétéro-bio-graphie, hétéro-thanato-graphie, oto-bio-graphie, et enfin auto-hétéro-allo-thanato--graphie. A chaque fois une alliance qui déborde la précédente et fait œuvre.

Mais pourquoi ce temps, que j'ai qualifié par ailleurs de septième temps de l'autobiographie, serait-il un temps de commencement ? C'est le moment où je ne peux pas faire autrement que de me laisser aller, me laisser porter par l'autre.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
SceneDer

EH.KJE

LVLO

JW.LLK

DerridaPlaisir

CP.KJD

AutoBioPhoto

DD.LKD

UAutobiophotographie

Rang = LTraceCommenceArchive
Genre = MK - CIT