Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'aporie                     Derrida, l'aporie
Sources (*) : "Je suis Juif", aporie indéniable               "Je suis Juif", aporie indéniable
Jacques Derrida - "Apories - Mourir, s'attendre aux "limites de la vérité"", Ed : Galilée, 1996, p2, pp136-7

 

Fleur (Giovanni Bellini, sans date) -

Et il faut s'aventurer pour plus que la vie

Il faut endurer l'aporie : c'est la loi de toutes les décisions; mais jamais l'aporie ne peut être endurée "comme telle"

Et il faut s'aventurer pour plus que la vie
   
   
   
Derrida, nos tâches Derrida, nos tâches
Derrida, l'impossible               Derrida, l'impossible  
Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels                     Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels    

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Quand, dès le Prière d'insérer du texte intitulé Apories (qui résume une conférence donnée le 15 juillet 1992, le jour de son anniversaire (62 ans) à l'occasion de la décade de Cerisy qui lui est consacrée sous le titre Le passage des frontières), Derrida se cite lui-même à la fin de son texte : "Il faut endurer l'aporie", à qui s'adresse-t-il? Est-ce une apostrophe, une injonction qu'il adresserait à autrui? Sûrement pas, car en se posant en donneur de leçons, il détruirait la loi qu'il énonce. C'est à lui-même qu'il s'adresse, ou plutôt : c'est une instance plus ancienne que "lui-même" qui s'adresse à un autre "lui-même", encore à venir. La citation est dépourvue de pronom personnel : "S'il faut endurer l'aporie, si telle est la loi de toutes les décisions, de toutes les responsabilités, de tous les devoirs sans devoirs, pour tous les problèmes de frontières qui peuvent jamais se présenter, l'aporie ne peut jamais être simplement endurée comme telle. L'aporie ultime, c'est l'impossibilité de l'aporie comme telle. Les réserves de cet énoncé paraissent incalculables, il se dit et compte avec l'incalculable même" (pp136-7, repris dans le Prière d'Insérer p2).

Endurer l'aporie, c'est donc le devoir [sans devoir] qui se sera, depuis toujours, imposé à lui, ou qu'il se sera, depuis toujours imposé à lui-même - dans l'incertitude de savoir qui parle (qui ou quoi). "Il m'aura fallu traiter du passage et du non-passage, de l'aporie en général - et par exemple des raisons pour lesquelles une "logique" de l'aporie s'est régulièrement imposée à moi, depuis si longemps : non pour signifier la paralysie ou l'impasse mais cela même qu'il faut endurer pour qu'une décision, une responsabilité, un événement ou une hospitalité, un don soient possibles" (p1).

 

 

C'est un constat, une affirmation, et c'est aussi un aveu, une confession. Il faut une "logique" de l'aporie, écrit-il, en écrivant le mot "logique" entre guillemets (plus loin, p35, il parlera d'aporétologie ou d'aporétographie). Même entre guillemets, une logique est une logique, et une logique, "comme telle" est incompatible avec l'aporie, l'aporie (en général) "comme telle". C'est pourtant ce que, dans son œuvre, depuis le début (et même avant le début), il aura cherché à écrire, à établir. Il donne lui-même la liste, très longue, des textes où cette thématique s'impose (p36). Or, dans ce texte (le texte intitulé Apories, au pluriel), cette question de l'aporie est introduite à propos des §50-53 de Être et Temps (Heidegger). Passer la frontière de la mort, c'est une chose qu'on ne peut jamais accomplir proprement, comme telle. C'est une aporie, la possibilité de l'impossible, que Heidegger a énoncée sans la penser. En renvoyant au mourir, au trépasser, Derrida quitte la logique (Aristote), la phénoménologie et ses limites conceptuelles (Heidegger), pour privilégier une autre expérience - un mot qui signifie aussi passage, traversée, endurance, épreuve du franchissement (p35) - celle de la tension aporétique du Je suis mort. Les thématiques s'élargissent encore : toute décision responsable est un passage, le franchissement d'une ligne (p37). Endurer l'aporie, c'est franchir une série de lignes que Heidegger n'a pas franchies.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaAporie

CK.LKD

JudAporie

DE.LDG

VieOeuvrer

VE.LEF

DerridaTache

KY.LLK

DerridaImpossible

QI.LDI

DerridaIncond

OD.LOD

UAporieEndurer

Rang = KAporieEndurance
Genre = MR - IA