Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
CinéAnalyse : Sur les figures du mal radical                     CinéAnalyse : Sur les figures du mal radical
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Juliette Silénius - "L'élan de la ruine", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 13 décembre 2016

[(CinéAnalyse) : En donnant figure à ce qui excède, abolit toute figure : le mal radical]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

1959.

- Compulsion (Richard Fleischer).

1973.

- Soylent Green (Richard Fleischer) (Soleil vert).

1978.

- Halloween (John Carpenter).

1989.

- Le Septième continent (Michael Haneke).

1994.

- La reine Margot (Patrice Chéreau).

2010.

- Outrage (Takeshi Kitano).

- My Joy (Sergueï Loznitsa).

2011.

- Le cheval de Turin (Béla Tarr).

2017.

- Le Vénérable W. (Barbet Schroeder).

- Le goût du ciment (Ziad Kalthoum).

- Mother! (Darren Aronovski).

2019.

- Sans signe particulier (Fernanda Valadez).

2021.

- The Card Counter (Paul Schrader).

---

Et aussi : les films des frères Coen.

---

Je n'ai pas dit que le cinéma comme tel, ou qu'un film, pouvait nous protéger contre le pire, j'ai dit qu'en montrant le mal, y compris le mal radical, et en sortant vivant de la salle de cinéma, on démontrait une sorte d'immunité. C'est le bénéfice secondaire du film d'horreur. Mais l'horreur est loin d'être la seule façon de montrer le pire.

--------------

Propositions

--------------

-

Soleil vert (Richard Fleischer, 1973) - Là où des cadavres se nourrissent de cadavres, ça ne fait plus monde, c'est sans monde

-

The Card Counter (Paul Schrader, 2021) - Pour un crime sans borne ni mesure, il n'y a pas d'expiation ni de compensation possible

-

Le goût du ciment (Ziad Kalthoum, 2017) - Du vacarme de la guerre, on ne peut rien dire : elle ne répond pas

-

Halloween (John Carpenter, 1978) - Insensible, muette, masquée, sans cause ni raison, la figure du mal s'en prend prioritairement à sa propre famille

-

Dans "Le cheval de Turin", film de Béla Tarr (2011), le monde qui s'efface ouvre sur un néant inconnu, absolument indéterminé

-

Sans signe particulier (Fernanda Valadez, 2019) - Quand le mal radical répond, c'est dans la langue intraduisible d'un sacrifice irréversible

-

My Joy (Sergueï Loznitsa, 2010) - Un pouvoir qui oblige à décliner son identité jusqu'à la perte totale du nom - c'est le mal radical

-

Trop rouge le sang des meurtres, trop politique la douleur du viol, trop beau le film sur la violence ("La reine Margot", film de Patrice Chéreau, 1994)

-

Le Vénérable W. (Barbet Schroeder, 2017) - à la jonction, incalculable, du mal et du politique

-

Mother! (Darren Aronovski, 2017) - Un Christ déjà mort, sacrifié avant même sa naissance, anéantit l'avenir

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
MelissaVaccin

AA.BBB

CineLoft

TR.KJH

KO_MelissaVaccin

Rang = Zpfmelissavaccin
Genre = -