Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Lévinas, l'"à - Dieu" : l'infini, le séparé                     Lévinas, l'"à - Dieu" : l'infini, le séparé
Sources (*) : Derrida, Lévinas               Derrida, Lévinas
Jacques Derrida - "Adieu à Emmanuel Lévinas", Ed : Galilée, 1997, pp205-206

 

- -

Derrida, l'éthique

Ce que Lévinas nomme "visage" ou "otage", il faut le lire comme un nom propre qui compose un nouvel accord, inouï, entre le fini et l'infini : à-Dieu, l'appel du nom par le nom

Derrida, l'éthique
   
   
   
Derrida, l'alliance Derrida, l'alliance
Derrida, le nom               Derrida, le nom  
Derrida, l'inouï                     Derrida, l'inouï    

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Comment le mot "visage" opère-t-il dans le texte de Lévinas? Derrida répond : pas comme un nom commun, mais comme un nom propre, un nom propre énigmatique, qu'il compare à un autre nom : Sinaï. La révélation du Sinaï est un événement unique d'un type particulier. D'une part, dans le récit biblique, le don de la Torah, sur le mont Sinaï, n'a lieu qu'une fois pour un peuple. Mais d'autre part, ce que nomme le mot Sinaï, c'est-à-dire (selon Derrida) une loi de justice, a été reconnu, avant même l'événement du Sinaï, dans d'autres lieux ou d'autres temps. C'est ce qui justifie la comparaison avec d'autres mots comme visage ou otage. Le face-à-face ne peut occuper chez Lévinas la place qui renvoie à la notion d'otage - ce substitut responsable à l'égard de tout autre - que parce que visage renvoie à un rapport à l'autre homme, à l'autre en tant qu'étranger, "l'autre de l'homme ou l'autre que l'homme" (p205). C'est ce rapport unique, inouï, qui est nommé par Lévinas. Qu'en est-il alors de l'à-Dieu?

"Avant le nom, avant le verbe, du fond de l'appel ou du salut silencieux, il vient à la nomination pour appeler le nom par le nom. Sans un nom, sans un verbe, tout près du silence, à-Dieu s'accorde au visage" (p206).

Appeler le nom par le nom, c'est appeler le nom de Dieu par d'autres noms, par exemple Sinaï, visage, otage.

 

 

L'à-Dieu lévinassien, c'est l'idée de l'infini dans le fini, c'est le dynamisme du désir, c'est une pensée qui pense plus qu'elle ne pense, mais pas seulement. C'est aussi une méditation sur la mort, un souci de la mort. Lévinas témoigne du surplus d'un infini de sens "à l'heure de la mort" (p207). Il propose pour cela le mot gloire. Au-delà de l'alternative entre l'être et le néant, au-delà de l'être, c'est pour le prochain, pour l'autre homme [plutôt que par souci de ma propre mort], que j'ai à craindre.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
LevinasInfini

EI.MMJ

DerridaLevinas

DJ.LLK

DerridaEthique

XK.LLG

DerridaAlliance

XN.JJM

DerridaNom

ML.LLM

DerridaInoui

PM.HHM

UVisageADieuNom

Rang = OVisage
Genre = MK - NG