Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la raison                     Derrida, la raison
Sources (*) : Derrida, le mal radical               Derrida, le mal radical
Jacques Derrida - "Voyous - deux essais sur la raison", Ed : Galilée, 2003, pp177-182

 

Allegorie de l'architecture (Hugo Burkner, 1853) -

Derrida, le savoir, l'université

Dans le telos européen, un mal transcendantal est inscrit : la tâche infinie, inconditionnelle, de faire de la raison une totalité organisée, contrevient à l'effectivité des savoirs

Derrida, le savoir, l'université
   
   
   
Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels
Derrida, l'Europe               Derrida, l'Europe  
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Dans la conférence de Vienne, l'un des textes regroupés dans la Krisis, Husserl évoque une maladie fatale de la raison. On n'est jamais parvenu, dit-il, à "une médecine scientifique des nations". Jamais la rationalité n'a pu servir l'homme dans sa vie mondaine. Cette pathologie, selon Derrida, est transcendantale car elle tient à l'impossibilité d'intégrer dans les savoirs objectifs la téléologie de la raison. Husserl la nomme objectivisme. Les sciences objectives, divisées et spécialisées, seraient incapables d'unifier la raison, de la transformer en savoir spéculatif. Mais cette incapacité, dit Derrida, c'est la raison philosophique qui se la fait courir à elle-même. C'est l'idée téléologique de la raison comme tâche infinie devant conduire à une unité qui est en crise. En imposant cet idéal comme une tâche, un devoir inconditionnel, les Lumières produisent en elles-mêmes une spéculation mythique et mystique, un irrationalisme. Husserl dénonce cet irrationnalisme, tout en voulant sauver la téléologie. Le paradoxe ou l'aporie, c'est que pour répondre à ce devoir inconditionnel, on développe des savoirs spécialisés qui contreviennent à ce désir de totalisation. Le processus est autonome, quasi auto-immunitaire : une "auto-immunité phénoménologique transcendantale" écrit Derrida. Il faut cette tâche téléologie infinie, mais pour la rendre effective, il faut des savoirs qui tendent à oublier cette tâche.

Selon Husserl, cet échec n'est qu'apparent, la crise peut être surmontée. Au-delà du naturalisme et de l'objectivisme, on peut revenir à l'esprit de la philosophie, faire triompher l'héroïsme de la raison. Il n'y a pas d'autre chemin pour sauver l'Europe de la barbarie, de la nuit et de la mort. A cette réaffirmation de la souveraineté de la raison, Derrida répond par une déconstruction de la raison souveraine, dissociée de la tâche inconditionnelle qui la rend malade.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaRaison

CG.LDF

DerridaMalRadical

HM.LLK

DerridaUniversite

EM.KEM

DerridaIncond

LD.LLK

DerridaEurope

EM.MML

URaisonTotalitéMal

Rang = ORaisonEuropeSavoirsMalRad
Genre = MR - IA