Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le don                     Derrida, le don
Sources (*) : Derrida, responsabilité(s)               Derrida, responsabilité(s)
Jacques Derrida - "Donner La Mort", Ed : Galilée, 1999, pp50-52

 

- -

L'héritage d'Abraham, irrévocable

Le dernier mot du don responsable, c'est qu'il doit se retirer, se cacher, se donner la mort; il est secret, le secret même, car s'il se reconnaissait comme tel il s'annulerait aussitôt

L'héritage d'Abraham, irrévocable
   
   
   
Derrida, le secret Derrida, le secret
Derrida, retrait, effacement               Derrida, retrait, effacement  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Jacques Derrida s'appuie sur un passage des Essais hérétiques (p169) où Jan Patocka analyse la vie responsable comme un don. Quand un individu décide, prend une décision, s'engage, que donne-t-il? Selon Patocka, il donne "quelque chose qui, en dernière analyse, tout en ayant le caractère du Bien, présente également les traits d'un inaccessible". Le décideur ne sait pas ce qu'il donne, il est soumis à un mystère qui garde toujours le dernier mot. Il doit assumer ce mystère (mysterium tremendum) en disant "je", comme un moi irremplaçable. Jacques Derrida radicalise cette démarche de Patocka (comme il le dit lui-même pages 47, 49, 50). Si le dernier mot du don est secret, alors le don est secret, c'est le secret lui-même. Et la responsabilité, c'est le don de ce secret.

 

 

La particularité du don responsable, c'est que ce qui est donné n'est pas un présent. C'est quelque chose d'inaccessible, secret, non présentable, c'est un don qui par essence (s'il avait une essence, mais il n'en a pas) se cache, se retire. En donnant, on se donne la mort écrit Derrida. On se la donne dans un tremblement, un effroi qu'il compare au mysterium tremendum chrétien, car rien ne vient garantir ce choix qui vient d'ailleurs, d'un tout autre, d'un étant suprême ou d'un Dieu, peut-être d'un démon.

- Le scripteur : Jacques Derrida associe quatre mots : don, retrait, responsabilité, secret. Un véritable don supposerait un retrait absolu de celui qui donne. Mais si le secret du don était gardé, le don lui-même serait effacé, oublié. il ne pourrait pas y avoir de reconnaissance. Il en est de même pour la responsabilité : si elle est pour autrui, il faut que je me retire, mais alors que reste-t-il de ma responsabilité? Don, retrait, responsabilité, secret, ce sont des figures de l'impossible. Et pourtant c'est essentiel, c'est le coeur de notre expérience. Il faut à la fois que nous soyons endettés et que les principes de cet endettement restent inaccessibles.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaDon

FN.MMJ

DerridaResponsabilite

GK.KKL

AbrahamHeritage

OL.LMO

DerridaSecret

JR.LJR

DerridaRetrait

OR.LOR

RResponsDon

Rang = LDonSecret
Genre = MK - NG