Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Comment ne pas acquiescer? (il faut du "Il faut")                     Comment ne pas acquiescer? (il faut du "Il faut")
Sources (*) : Comment ne pas ... ?               Comment ne pas ... ?
Pierre Delain - "Après...", Ed : Guilgal, 2017, Page créée le 9 décembre 2016 [La] matrice derridienne (ce qui s'en restitue)

[Comment ne pas acquiescer ? (il faut du "il faut")]

[La] matrice derridienne (ce qui s'en restitue)
   
   
   
                 
                       

1. Les obligations de l'œuvre.

Par sa pratique textuelle, que fait Derrida? Il a souvent protesté contre une interprétation de la déconstruction comme théorie, école ou mouvement. L'irréductible qui se fait dans son œuvre, c'est autre chose. Mais quoi? Il a parlé d'une profession de foi, de la mise en œuvre d'un performatif d'un autre type, sans modèle ni précédent. Cet acte de langage s'appuie souvent, dans ses textes, sur une expression intraduisible, il faut. Comme la conjugaison du verbe français faillir (je faux, tu faux, il faut, nous faillons, vous faillez, ils faillent), l'œuvre derridienne croise d'une part le défaut, sous ce nom ou d'autres (aporie, béance, paradoxe, etc.) et d'autre part l'exigence (acquiescement, injonction, commandement, etc.). Il faut quoi? Pour la simplicité de cette présentation, on peut classer en cinq grandes catégories ces exigences ambiguës :

a. tout faire pour que l'avenir reste à-venir, dans son ouverture,

b. s'adresser à l'autre comme tel, sans connaître, ni anticiper ce tout autre,

c. s'aventurer, au-delà de la mort inscrite dans l'écriture, pour plus que la vie,

d. garder un secret qui reste et restera encrypté, indéchiffrable,

e. répondre des principes, en ce moment même.

Sans attacher trop d'importance à ce classement, qui pourrait être remplacé par d'autres, on notera que le concept d'œuvre derridien est indissociable de ces exigences. Le lire, c'est dire "oui", au moins en partie, à ces engagements.

  

2. De l'obligation au principe inconditionnel.

Dans de nombreux textes, un adjectif est attaché à ces commandements : inconditionnel. Entre l'hospitalité, le don, la liberté et beaucoup d'autres, la liste des principes inconditionnels ne cesse de s'allonger. Il est significatif que cet adjectif, fréquent dans les textes, ne soit repris que dans un seul titre de livre : L'Université sans condition. Dans ce livre où il parle de son travail à lui, profession et profession de foi mêlées, il nomme un lieu où aucune condition ne devrait être posée au droit à questionner, résister, s'ouvrir aux forces du dehors, engendrer des œuvres dépourvues de précédents. Ce lieu, c'est aussi celui de la croyance, de la fiabilité, de la fidélité ou du fiduciaire. Il y aura toujours déjà eu, selon lui, avant tout lien social, un "dire oui à l'autre", un acquiescement primordial. Toute mise en oeuvre aura été une nouvelle mise en jeu de cet acquiescement. Jacques Derrida aura passé sa vie à transmuer en œuvres lisibles les traces inconditionnelles de ce "oui", à réitérer la force performative de cette réponse inaugurale. Son choix ou plutôt son archi-choix aura été d'en faire une œuvre dont on ne sait plus, au final, si elle est philosophique, théologique, autobiographique ou autre.

  

3. Responsabilité.

De même que la déconstruction est responsable devant le concept de justice, elle est responsable devant le concept d'œuvre. Il faut répondre de ce concept, non pas par un système organisé, une approche binaire et structurale, comme y invite la notion traditionnelle d'œuvre d'art, philosophique ou littéraire, mais par l'oeuvre même. Faire converger dans l'œuvre l'exigence professionnelle (au double sens du terme) et l'urgence politique, c'est l'éthique même, dira-t-il à plusieurs reprises, reprenant une formule de Lévinas à propos, successivement, du sacrifice d'Isaac, de Karl Marx et de Paul Celan. On en déduira cette phrase qu'il n'a jamais prononcée : Il faut œuvrer, c'est l'éthique même.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[Le principe de l'échange, ce n'est pas : "quelque chose pour quelque chose", c'est : "rien pour rien"]

-

[Il faut entendre, dans les oeuvres, la discordance originaire, inouïe]

-

[Un principe est indémontrable, irréductible et inconditionnel : on ne peut que l'affirmer, en témoigner par mise en œuvre et profession de foi]

-

[Nul ne peut garantir les "droits" d'un auteur sur une oeuvre]

-

[(Cinéloft) : En s'aventurant pour plus que la vie]

-

[Et il faut laisser l'avenir ouvert]

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

logo

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

MatriceD
PrincipesOeuvrer

AA.BBB

GdoFabrique

CD.LDD

DerridaCheminements

NV.RE.PRI

DJ_PrincipesOeuvrer

Rang = OOeuvrerPrincipesOeuvrance
Genre = -