Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la photographie                     Derrida, la photographie
Sources (*) : Derrida, le référent               Derrida, le référent
Jacques Derrida - "Psyché, Inventions de l'autre (tome 1)", Ed : Galilée, 1987, p291- Les morts de Roland Barthes

 

Photographie de 1906, auteur inconnu -

L'événement irréductible de la photographie, c'est qu'en conjuguant dans un même sytème la référence et la mort, elle met en échec la suspension du Référent dans les arts

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Peu avant de mourir (1980), dans La Chambre claire (un livre publié en 1979), Roland Barthes rencontre, dans des photographies, ses morts. Il a croisé la mort dans la littérature dès son premier livre, Le degré zéro de l'écriture (1953), dans la vie, avec la disparition de sa mère (1977), et il retrouve la mort dans son choix de photographies, par exemple celle-ci. Les arts dits modernes autorisent l'éloignement du référent, sa mise à l'épreuve. Mais la photographie, art et technique moderne elle-même, ne peut se dissocier de la Référence, que Barthes écrit avec un grand R. Elle est son essence, son ordre fondateur, sa démonstration immédiate. Le Référent reste toujours dans une photographie, irréductiblement.

Jacques Derrida distingue entre le référent, ce "ça-a-été", événement unique et invariable de la photographie, son avoir-été ineffaçable - mais néanmoins absent puisqu'on n'en voit que l'empreinte, et la référence, le mouvement qui fait qu'un discours, une image ou une marque, quels qu'ils soient, renvoie et adhère à un référent, un réel, qu'on ne peut pas suspendre. Dans le premier cas (photographie), le mort s'inscrit comme tel, à même le photogramme. Cette émanation de l'autre, devant moi, n'est pas une hallucination, elle est visible, elle me hante. Je peux regarder (intentionnellement) ma mort - si je regarde une photo de moi. Dans le second cas (n'importe quelle image, un roman), la mort fait retour autrement, par des tours et détours.

Photo de 1906 (source inconnue).

 

 

Ce qui arrive dans le champ des arts, avec la photographie, peut aussi être lu comme une limite à la modernité : c'est le point (punctum) où l'on ne peut pas suspendre le référent. En repérant cela, Barthes s'est éloigné de tout dogmatisme.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaPhoto

BU.LLK

DerridaReferent

OD.LOD

UPhotoReferentMort

Rang = PPhotoReferentArts
Genre = MK - NP