Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
La prière                     La prière
Sources (*) : Traversées de la voix               Traversées de la voix
Pierre Delain - "Buées blanches sur le quai de l'Idve", Ed : Guilgal, 1988-2017, Page créée le 29 août 2005

 

-

[En priant l'autre de m'entendre, je m'adresse au lieu le plus inconnu, depuis le lieu le plus secret]

Autres renvois :
   

Invocation

   
   
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

logo

 

L'un des paradoxes de la prière, c'est que ceux qui croient en son efficacité sont ceux qui ne prient pas. Pour ceux qui prient, le lieu où elle s'adresse est inconnu. On peut le fixer imaginairement par exemple comme le point central de l'être; ou encore ce point indéterminé que choisit ma bouche (car, en s'adressant à quelqu'un, ma bouche ne me demande pas mon avis). Ce qui en sortira n'a rien à voir avec mon désir : c'est un lieu au-delà (ou en-deça) du vrai et du faux, qui ne se laisse pas qualifier.

Se laisser aller à la prière est un geste qui déborde toute religion. C'est aller vers une expérience indicible.

Le dieu monothéiste est universel si toutes les bouches sont mises sur le même plan. Tous et toutes doivent pouvoir être entendus dans le temple de Salomon. Alors Jérusalem peut être érigé en lieu de prière pour n'importe quel homme qui prie [mais il n'y a pas d'autre privilège pour Jérusalem que son nom, tout autre lieu pourrait être érigé en lieu de prière, tout aussi universel]. Pour chaque Juif, le Shema Israel est l'acte de parole qui réitère une alliance singulière, entre lui, un peuple et le Dieu nommé [mais d'autres alliances et d'autres prières sont possibles. L'alliance n'est pas la même pour tous].

La particularité de certains groupes, entre autres juifs et chrétiens, est la façon dont leurs rites leur enjoignent d'écouter ou de jeter leurs voeux dans l'avenir. Il faut pour cela une longue tradition, presque une science (par exemple la Cabale).

On prie toujours, mais les circonstances et l'objet de la prière ont changé. En cherchant mon accomplissement personnel, je prie. En contemplant une oeuvre d'art, je prie. En me masturbant, je prie.

Déléguer sa prière à un médiateur ou un intercesseur, par exemple un ange, est le premier pas de sa dénaturation, car on vise ainsi plus d'efficacité.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

On entend mieux une voix qui vient du point central de l'être

-

Si ma prière est aisée à ma bouche, je sais qu'elle est acceptée; sinon je sais qu'elle est repoussée

-

Le Dieu du monothéisme est celui qui écoute la prière de toute bouche

-

La prière "Ecoute ma voix, Eternel notre dieu" exprime l’essence du désir juif

-

On se masturbe religieusement, comme une prière

-

Par la prière, la révélation jette dans l'avenir le voeu, la question, le cri

-

Le point de fuite de la peinture soutinienne est l'oreille

-

La Cabale est la science de la prière

-

Celui qui contemple une oeuvre d'art dévie son énergie vers elle, comme celui qui prie

-

L'Annonciation de Cortone (Fra Angelico, 1433-34) : premier exemple dans l'art italien où les paroles de l'ange et de la Vierge sont visibles

-

[Le Shema Israel est l'acte de parole par lequel la fragile alliance entre chaque Juif, le peuple d'Israël et le Dieu unique, est réitérée]

-

Salomon fait du temple le centre universel de l'audition divine

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
ProPriere

AA.BBB

VoixCheminements

XE.LJJ

IR_ProPriere

Rang = zQuois_Priere
Genre = -