Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, Artaud                     Derrida, Artaud
Sources (*) : Le souffle, entre vide et vie               Le souffle, entre vide et vie
Jacques Derrida - "L'écriture et la différence", Ed : Seuil, 1967, p266

 

Je te lance une force de mort (sort jete en 1939) -

La voix d'Artaud ébranle l'art

Un souffle furtif, avant moi, (une inspiration), qui dit ce que je crois vouloir dire, me force à jeter des sorts, des envoûtements

La voix d'Artaud ébranle l'art
   
   
   
Derrida, signifiant : signifié Derrida, signifiant : signifié
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

La feuille reproduite ci-contre est la troisième page d'une lettre envoyée par Antonin Artaud à Sonia Mossé le 14 mai 1939. Selon Paule Thévenin, la lettre aurait été confiée à un visiteur venu le voir à Ville-Evrard pour être transmise à sa destinataire à qui elle n'est jamais parvenue. Le papier est brûlé en plusieurs endroits.

Le texte écrit sur les troisième et quatrième pages de la lettre est le suivant : "Tu vivras morte / tu n'arrêteras plus /de trépasser et de descendre je te lance / une Force de Mort / Et ce Sort / ne sera pas rapporté. Il ne s[era] pas / reporté."

---

Apprenant en 1947 la disparition de Sonia Mossé dans les camps, Artaud fera son portrait de mémoire, ce qui tend à prouver qu'il ne désirait pas sa mort. Il n'empêche que, sur cette lettre comme sur cette autre, à une semaine d'écart, il a illustré sa malédiction par quelques étoiles de David.

---

En 1925, dans Le Pèse-Nerfs, Artaud reconnaît que "CERTAINEMENT L'INSPIRATION EXISTE". D'où cette inspiration lui est-elle soufflée? "D'un lieu où la propriété ne serait pas encore le vol" écrit Derrida (L'écriture et la différence, p266). Il s'agit de préserver ce lieu qui précède tout texte, toute lecture, qui lui rende sa "propre" inspiration, toujours dérobée. En ce lieu, l'inspiration qui vient d'ailleurs est aussi source de déperdition et de dépossession. Sa propre pensée est en suspens, détruite.

TU VIVRAS MORTE / TU N'ARRETERAS PAS DE TREPASSER ET DE DESCENDRE / JE TE LANCE UNE FORCE DE MORT

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaArtaud

CS.JIL

ProSouffle

SU.GHH

ArtaudVoix

HH.LFF

DerridaSignifiant

RN.KKJ

T.endeça

Rang = L
Genre = MJ - NA