Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la raison                     Derrida, la raison
Sources (*) : Derrida, responsabilité(s)               Derrida, responsabilité(s)
Jacques Derrida - "Voyous - deux essais sur la raison", Ed : Galilée, 2003, p208

 

Tresorier dominicain (Lorenzo Lotto, 1526) -

Derrida, l'inouï

La responsabilité de la raison, c'est d'exiger une transaction chaque fois inouïe et impossible entre ses deux sources : conditionnel / inconditionnel, calculable / incalculable

Derrida, l'inouï
   
   
   
Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels
Et il faut préférer l'incalculable, l'anéconomique               Et il faut préférer l'incalculable, l'anéconomique  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

La raison n'est pas homogène. Elle ne l'est pas plus que, par exemple, la justice. D'un côté, elle fait appel au calcul, à la force, aux institutions souveraines qui la garantissent; et d'un autre côté, il peut toujours surgir en elle de l'incalculable, de l'imprévu. Ces deux sources, conditionnelle et inconditionnelle, sont indissociables. Il faut toujours transiger, négocier entre l'un et l'autre. Ce qu'on appelle raison garder, c'est un pari raisonnable : entre d'un côté la loi et sa norme et de l'autre l'événement imprévisible, décider "sans règle donnée d'avance, sans assurance absolue" (Voyous, p208). C'est une transaction, mais sans transaction car elle est toujours dangereuse, périlleuse. Jacques Derrida parle de transaction chaque fois inouïe car il s'agit chaque fois vraiment d'un pari qui se donne de nouvelles règles. Il ne peut pas y avoir de certitude raisonnable. Le raisonnable est toujours incertain, inadéquat. Les frontières sur lesquelles la raison s'appuie sont à la fois constatives et performatives, elles peuvent toujours être déconstruites. Comme toute ipséité, la raison produit elle-même l'événement dont elle parle; et elle peut être déstabilisée par un autre événement, auto-immunitaire, qui vient d'elle-même. Il faut donc la penser comme une liberté passive, qui ne serait plus au pouvoir d'un sujet, ou encore comme une hyper-éthique qui devrait laisser venir l'exposition à l'autre.

Syndic dominicain (Lorenzo Lotto, 1526).

 

 

Jacques Derrida rapproche ce hiatus entre une raison calculable et une raison qui se déborde elle-même du crédit accordé à l'autre. Toute adresse à l'autre, tout lien social présuppose une foi jurée, une croyance qui, elle aussi, est en même temps calculable et incalculable. Dans l'espacement irréductible entre ces deux sources, on peut ouvrir "l'espace rationnel d'une foi hypercritique" (Voyous p211), hypercritique car sans église, sans institution religieuse, sans dogme et sans théocratie, mais messianique car "universellement promise et inconditionnellement confiée à l'autre". La raison serait ainsi l'un des noms ou l'un des lieux de la non-souveraineté, auquel on peut aussi donner le nom de Dieu.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaRaison

EL.LEL

DerridaResponsabilite

NG.LKD

DerridaInoui

LL.LLL

DerridaIncond

FU.LKD

ChoixAneconomie

RI.LJI

URaisonTransac

Rang = LRaisonRespons
Genre = MR - IA