Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, religion                     Derrida, religion
Sources (*) : Derrida, christianisme, latinisation               Derrida, christianisme, latinisation
Jacques Derrida - "Surtout, pas de journalistes!", Ed : Galilée, 2016, pp33-34

 

Figurine d'Astarte (Ishtar), Babylone -

Derrida, le secret

Entre le sacré (culte, image, incarnation) et le saint (distance, séparation, secret) se distinguent le visible et l'invisible, le continu et le séparé, le lumineux et l'obscur

Derrida, le secret
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

C'est Lévinas qui introduit la distinction entre :

- le sacré, de l'ordre du culte, de l'idolâtrie, de l'icône, de l'idole, de l'image ou de l'incarnation. L'espace public se construit encore aujourd'hui à partir de cette visibilité. Il faut, par la télévision, sacraliser l'information, dans la continuité d'une conception des Lumières et du lumineux qui remonte aux Grecs et aux Evangiles.

- le saint, qui appelle le respect de la distance, de la séparation, de l'invisible. Selon Derrida, quand Abraham garde le secret sur son alliance avec Dieu, lors de la ligature d'Isaac, il se situe du côté de cette séparation. Dans ce geste, il n'y a pas de médiation, pas de médias, pas de journalistes. Abraham ne cherche pas à agir dans la lumière.

En hébreu, la distinction entre ces deux versants est nette : le mot "qodesh" nomme à la fois la sainteté, le lieu saint, le saint des saints (Qodesh qodashim), le sanctuaire et la séparation, tandis que le sacré se situe du côté de l'idole (de nombreux vocables sont utilisés : avodah zarah (adoration étrangère), avodat kochavim umazalot (adoration de planètes et de constellations), 'Atsab (forme, image), 'Asherah (pieu sacré, Astarté, Ishtar)). Mais dans les langues latines, la distinction n'est pas évidente. L'anglais holy ou l'allemand heilig nomment les deux.

 

 

Figurine d'Astarté ou Ishtar, déesse de Babylone.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaReligion

CL.LKE

DerridaChrist

SE.LED

DerridaSecret

DU.LLU

VSacreSaint

Rang = VSacreSaintLangue
Genre = MR - IA