Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
"Je me déconstruis", départ de la pensée                     "Je me déconstruis", départ de la pensée
Sources (*) : Derrida, l'indéconstructible               Derrida, l'indéconstructible
Pierre Delain - "Après...", Ed : Guilgal, 2017, Page créée le 30 novembre 2019

 

-

["Je me déconstruis", point de départ de la pensée derridienne, c'est déjà une éthique]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

Cette affirmation initiale, c'est aussi celle de l'indéconstructible. Il y a de l'indéconstructible, l'indéconstructibilité du Je me déconstruis, qui vient "avant" toutes celles qui ont été énoncées. Ou bien : c'est une irréductibilité qui surenchérit sur toutes les autres, la plus irréductible des irréductibilités. Dans le discours courant, elle se dit à la première personne du singulier, "Je", mais le "je" qui parle n'est pas indivisible, il est la traduction d'un autre "je" lui-même divisé, multiple, qui n'est pas celui d'une conscience ou d'une personne. Un des choix privilégiés par Derrida est de présenter ce "je" comme celui de Babel. Dans le texte biblique, une violence divine crie ce nom qui oblige à déconstruire une certaine Tour qu'on peut interpréter comme celle du logos, de la raison appropriante, de l'économie. Ce Je me déconstruis, plus ancien que l'individu-Derrida, est venu à lui par son histoire personnelle, restée secrète, et aussi par une longue tradition. Il aura exigé, depuis le lieu d'une langue imprononçable (sainte dit-on, ou sacrée) la multiplicité des langues. A chaque interprétation d'un texte, il est réitéré, remis en jeu, il oblige en toutes circonstances et dans tous les champs à la multiplicité des idiomes, des discours et des langues.

D'une part ce Je me déconstruis est de l'ordre de l'éthique, il peut être entendu par certains lecteurs comme un principe, un postulat bienfaiteur, mais d'autre part il suspend les éthiques courantes, ordinaires, les éthiques sociales, il peut être vécu par d'autres lecteurs comme menaçant, dangereux, source de malédiction. Cette ambivalence n'est pas superficielle, elle est essentielle à la déconstruction.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[(CinéAnalyse) : En frayant, sans préméditation, le chemin pour d'autres éthiques]

-

Pour le mettre en oeuvre, Jacques Derrida traduit le "Babel" de Dieu en "Je me déconstruis"

-

Derrida préconise une "nouvelle Internationale" : alliance sans coordination, sans communauté, sans appartenance et sans institution, dans la fidélité à l'esprit de Marx

-

Le lieu de la spectralité est celui où on doit laisser une place vide en mémoire de l'espérance : la démocratie à-venir

-

Si tu n'as ni idée, ni nécessité, ni position, ni moi, alors tu es un maître

-

L'Ethique (e) prophétise l'aleph

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
RepTache

AA.BBB

DerridaIndeconstructible

CD.LKD

DW_RepTache

Rang = zQuois_Taches
Genre = -