Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la Shoah                     Derrida, la Shoah
Sources (*) : Derrida, l'Europe               Derrida, l'Europe
Jacques Derrida - "Une éthique de la mémoire, entretien entre Jacques Derrida et Michal Ben-Naftali", Ed : Mimesis International, 2018, p296

 

Hitler devant N-D de Nuremberg (1934) -

Derrida, Heidegger

Il faut lire Heidegger, car toute la culture européenne partage sa pensée de l'esprit, son spiritualisme à l'œuvre dans le discours nazi

Derrida, Heidegger
   
   
   
Au cœur de l'Europe : totalitarismes, nazisme Au cœur de l'Europe : totalitarismes, nazisme
Derrida, le mal radical               Derrida, le mal radical  
Derrida, l'esprit                     Derrida, l'esprit    

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Il ne s'agit pas pour Derrida d'accuser ou d'innocenter Heidegger, de juger que son attitude est impardonnable (ou pas) (car seules les victimes pourraient éventuellement en décider), il ne s'agit pas d'émettre un verdict comme le font certains, notamment en Allemagne, il s'agit de le lire. Cette lecture a commencé en France avec Sartre, Merleau-Ponty, Lévinas - chacun avec ses motivations. Celle de Derrida, qu'il revendique, c'est l'étude de sa responsabilité. "Selon moi, les décisions de Heidegger, prises dans telle ou telle circonstance, lorsqu'il a dit ou fait ceci ou cela, en tant que Recteur, ou alors signé tel ou tel texte, etc. relèvent d'une responsabilité qui doit être examinée en soi" (p295). Cette étude passe apr l'examen d'"une certaine loi". C'est Derrida qui met en italiques le moi loi, qui aura rendu possible son engagement dans le nazisme. C'est cette loi, à l'œuvre dans le discours nazi et aussi dans d'autres discours non suspects de nazisme, par exemple ceux de Husserl ou de Valéry, que Derrida nomme spiritualisme. Heidegger n'a pas déconstruit ce spiritualisme, au contraire, il est resté dans sa logique, comme toute la culture européenne. C'est ce point qui est important pour Derrida. Il y avait à l'époque [et probablement encore aujourd'hui] "une certaine contrainte générale" (p296) qui a entraîné une complicité générale de l'Europe avec le nazisme. Après les démocraties européennes, les diplomaties, les églises, les universités, ont collaboré avec le nazisme ou au minimum gardé le silence sur la persécution des Juifs.

Hitler devant l'église Notre-Dame de Nuremberg (septembre 1934).

 

 

Derrida insiste sur le fait que la position de Heidegger, c'est celle "de la culture européenne dans son ensemble". Il s'agit de l'histoire de l'Europe, de sa tradition. "Mon petit livre sur Heidegger [De l'esprit, Heidegger et la question, 1987], et au fond tous les textes que j'ai consacrés à Heidegger, tournent autour, non seulement de son travail qui demeure, pour moi, très puissant ainsi que provocateur, mais aussi de la pensée européenne dans son ensemble, et en laquelle Heidegger occupe une place si visible et impossible à contourner" (pp296-297).

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaShoah

HB.LLI

DerridaEurope

HF.LKI

DerridaHeidegger

DN.LOK

ProTotalitarismes

HG.KJD

DerridaMalRadical

OJ.HJK

DerridaEsprit

ID.LID

UHeideggerEspritEurope

Rang = RHeideggerEsprit
Genre = MK - NP