Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le pardon                     Derrida, le pardon
Sources (*) : Derrida, l'alliance               Derrida, l'alliance
Jacques Derrida - "Donner La Mort", Ed : Galilée, 1999, pp196-201

 

Genese (6:1-8) -

Derrida, Dieu

En graciant Noé, Dieu pardonne pour le mal qu'il a fait advenir dans le désir de l'homme; par ce retrait, cette alliance, il lui laisse la souveraineté terrible au nom de laquelle il l'a créé

Derrida, Dieu
   
   
   
Derrida, la tora Derrida, la tora
Derrida, le mal radical               Derrida, le mal radical  
Derrida, retrait, effacement                     Derrida, retrait, effacement    

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Au début du chapitre 6 de la Genèse, reproduit ci-contre en français et en hébreu, on peut lire une explication du déluge. Le moins qu'on puisse dire est qu'elle n'est pas limpide. De quelle "race divine" s'agit-il? Et pourquoi sanctionner si durement des hommes qui choisissent les femmes les plus belles? Et qui sont ces Nephilim qui se mêlent aux filles de l'homme? Les méfaits de l'homme se multiplient, mais n'est-ce pas Dieu lui-même qui l'a créé? Et dès lors qu'il en a fait un être désirant, assujetti à la différence sexuelle, un être de chair, n'était-il pas prévisible que son coeur puisse devenir mauvais? C'est toujours le désir qui engendre la faute. Et pourquoi l'homme lui-même ne demande-t-il pas pardon? Pourquoi est-ce Dieu? Et pourquoi Dieu ne pardonnerait-il pas les hommes de sa propre faute? L'important, dans le texte, c'est que Dieu, se parlant à lui-même, se rétracte. Il ne détruira pas tous les vivants, il leur offrira une porte de sortie. Ce Dieu infini, qui peut avoir des regrets et des remords, est aussi fini. Il peut prendre acte des défauts de sa création, avouer son échec, revenir sur lui-même, grâcier ceux qu'il aurait pu condamner à l'extermination finale, et faire alliance avec eux. C'est ainsi que Dieu se console (il se console lui-même, en son for intérieur). C'est ainsi qu'il demande pardon à Noé en lui accordant, à lui et à tous les vivants, la promesse de vie, de regénération. C'est ainsi que, à travers le châtiment de l'autre, il se fait pardonner, il se pardonne.

 

 

Puis vient le moment où le Dieu souverain confie à l'homme la domination sur la terre (Gn 9:1-17). Tout se passe comme si, ce pouvoir terrifiant, il le transmettait à l'humain. L'homme dominera les animaux, tous les autres vivants, comme Dieu a dominé la terre. En demandant pardon à Noé, en le graciant, Dieu s'était identifié à lui. Cette identification spéculaire se prolonge dans le transfert du pouvoir. Alors seulement Dieu s'engage à ne plus faire de mal. Il n'y aura plus de déluge, mais l'alliance, symbolisée par l'arc-en-ciel.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaPardon

JX.ELL

DerridaAlliance

XC.LLD

DerridaDieu

VW.KJH

DerridaTora

FL.LLP

DerridaMalRadical

XJ.LLK

DerridaRetrait

XH.KHG

xPardonDieuMal

Rang = XDieuGraceNoe
Genre = MR - CIT