Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
CinéAnalyse : de langue à langue, aucune ne suffit                     CinéAnalyse : de langue à langue, aucune ne suffit
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Frédéric Chétiac - "Traduire l'impossible", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 9 mars 2021

 

-

[(CinéAnalyse) : En passant de langue à langue, sans qu'aucune ne suffise]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

1968.

- Un soir un train (André Delvaux).

2015.

- L'étreinte du serpent (Ciro Guerra).

2020.

- Malmkrog (Cristu Puiu).

---

Cette phrase n'est jamais qu'une autre formulationd de l'aphorisme derridien : Je n'ai qu'une langue, et ce n'est pas la mienne. Il m'en faut toujours une autre qui paraisse plus vraie, plus juste, mais aucune n'y arrive, aucune n'est à la hauteur, et finalement je reviens, sans trop savoir pourquoi à la mienne (dont j'ai hérité). Cela se traduit au cinéma par un rapport difficile à la pluralité des langues. Il en faut plusieurs, mais s'il y en a plusieurs, il y a nécessairement de l'intraduisible.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'étreinte du serpent (Ciro Guerra, 2015) - Les traces des civilisations disparues appellent un deuil inarrêtable, une hantise infinie, qu'aucun savoir ne peut effacer

-

Un soir, un train (André Delvaux, 1968) - "Je suis mort.e" ne peut se dire que dans une langue toute autre

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
HeideggerParole

AA.BBB

CineLoft

IF.LOF

ML_HeideggerParole

Rang = OParole
Genre = -