Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Fantasme, arrêt du temps                     Fantasme, arrêt du temps
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Pierre Delain - "Le cinéma sans condition", Ed : Guilgal, 2018, Page créée le 9 septembre 2006

 

-

[(CinéAnalyse) : En tentant, par fantasmes et fantasmagories, de faire tenir ensemble l'inconciliable]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

1972.

- Aguirre, la colère de Dieu (Werner Herzog).

Dans ce film s'affirme un fantasme de pure souveraineté : sans monde, ni légitimité, ni crédibilité, Aguirre n'a pas d'autre projet que la structure minimale du fantasme, réduite à elle-même.

 

---

Qu'il soit conscient ou inconscient, stable ou instable, typique ou singulier, le fantasme est toujours une construction intermédiaire. D'un côté, il représente les pulsions, et d'un autre côté il les combat. Quand il cache, il exhibe, et tout en inventant les fantaisies les plus étranges, il colle le corps à la voix. Tout ce qui se présente comme art, toute mimesis, s'y confronte nécessairement.

Le cinéma nourrit et nous irrigue inlassablement en figures fantasmatiques. Tout y est propice : les schèmes de comportements, les gestes, les émitions, les attitudes corporelles et les prototypes libidinaux. Nous passons par lui pour élaborer des contenus inconscients qui sans lui, resteraient refoulés. Ses capacités sont infinies : il peut fabriquer en nous des objets aimés, des zones érogènes, des fétiches. La contre-partie de cette capacité est sa tendance à figer les désirs dans des formes établies. C'est son côté narcissique, particulièrement développé chez certains réalisateurs. Le cas-limite est Jean-Luc Godard : chez lui, le fantasme est tellement arrêté qu'il semble avoir disparu.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Aguirre, la colère de Dieu (Werner Herzog, 1972) - L'auto-affirmation d'un fantasme de souveraineté solitaire sans monde, ni légitimité, ni crédibilité

-

Le fantasme est d'essence narcissique : il tend à maintenir, en secret, le statu quo topique

-

Le fantasme colle le corps à la voix

-

Pour que le cinéma reproduise l'émotion intense du fantasme, il faut que l'objet filmé s'immobilise, qu'il soit perçu à la fois comme zone érogène et représentation d'une personne

-

Ce qui est troublant dans le fantasme, c'est qu'il est à la fois proche des sources pulsionnelles et organisé en une histoire

-

En ouvrant le monde, en mettant l'être en mouvement, la nudité ouvre aussi, non sans cruauté, le corps à la blessure et au désir

-

Un film irrigue les figures fantasmatiques du sujet

-

Les personnages de Godard sont dépourvus de fantasmes - et donc de passé, de présent et d'avenir

-

Une moderne Olympia, deuxième version (Paul Cézanne, 1873)

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
InsuFantasme

AA.BBB

CineLoft

DM.KJD

KN_InsuFantasme

Rang = zQuois_Fantasme
Genre = -