Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Sur des films (rémanences)                     Sur des films (rémanences)
Sources (*) : Fantasme, arrêt du temps               Fantasme, arrêt du temps
Pierre Delain alias Ozzy Gorgo - "L'écranophile", Ed : Guilgal, 1988-2019, Page créée le 17 juillet 2020

 

-

CinéAnalyse : en exhibant les failles du pouvoir

Aguirre, la colère de Dieu (Werner Herzog, 1972) - L'auto-affirmation d'un fantasme de souveraineté solitaire sans monde, ni légitimité, ni crédibilité

CinéAnalyse : en exhibant les failles du pouvoir
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

Le fait que la langue utilisée soit l'allemand et pas l'espagnol ajoute à la brutalité des conquistadors à l'égard des indiens. Ce sont des esclaves, qui meurent de presque rien, d'une simple grippe.

Deux femmes, une épouse (le chef de l'expédition), et une fille (la fille de Aguirre).

On fait appel à dieu, mais on part dans un silence presque absolu, silence plein des bruits de la jungle, mais sans parole. Que dire quand on se laisse aller sur des radeaux qui peuvent heurter n'importe quoi n'importe quand.

"Nous nous devons à la mort", la tristesse est terrible depuis le début. Ils n'ont aucun espoir, aucune perspective, et El Dorado n'en est pas une - ils savent que c'est aussi la mort. Don Guzman, désigné roi par Aguirre, en pleure.

Une parodie de royaume, de jugement, de témoignage, etc. Parodique, donc plus vrai. Ursua est condamné pour avoir donné de l'argent à des indiens ou un esclave noir - c'est un crime. Interdit absolu sur la justice. Même le droit de grâce est exercé au profit de Pedro de Ursua, qui reste absolument silencieux (une fois, sa femme parle pour lui). Que signifie le silence du souverain légitime, sans souveraineté ? Il est rejoint par le silence des animaux. Plus un bruit dans la jungle, pas un oiseau, rien d'autre que les gargouillements de l'eau. Terreur d'un cheval, au moment où une première flèche empoisonnée atteint un soldat. Ils tirent sur la rive mais sur qui? Rien d'aussi angoissant que le silence.

L'ancien chef des indiens est devenu traducteur. Mais qui sait s'il traduit sincèrement? On remet une bible à un indien, mais il n'y croit pas car elle ne parle pas. Ils seront difficiles à convertir, dit le moine. Leurs souverain symbolique (Guzman) viole l'indienne, ils prennent possession des terrains, puis Guzman signe un papier, puis il meurt, lui aussi probablement d'une flèche empoisonnée. On pend ensuite Ursua sur la rive. N'aurait-on plus besoin de souverain? Aguirre, le vrai souverain, ne connaît que la violence "Je suis la colère de Dieu, la terre sur laquelle je marche me voit et tremble". Ils sont tués les uns après les autres par des flèches empoisonnées. La femme d'Ursua a mis ses plus beaux atours pour partir dans la jungle. Elle reste souveraine, la souveraine.

Il y a dans ce film une certaine lenteur, un calme, un lent cheminement.

Ce souverain là conduit à la destruction, c'est le souverain de l'autodestruction. S'il veut s'approprier la terre, c'est surtout pour que d'autres ne se l'approprient pas. Ils ont de la fièvre, des hallucinations. Ils voient un bateau au sommet d'un arbre, anticipation de Fitzcarraldo.

Les ennemis sont toujours invisibles, ils ne se manifestent que par leurs flèches empoisonnées. Même la fille d'Aguirre est tuée (toujours joliment habillée) - c'est la fin de ses espoirs dynastiques, la raison pour laquelle il avait pris cette fille avec lui. Comment se battre contre des enneis invisibles.

Le moine est la voix off, c'est lui qui écrit le récit de cette histoire.

La dernière étape est l'envahissement par les singes. Aguirre ne commande plus que ce radeau plein de singes qui ne s'occupent pas de lui, n'ont même pas peur de lui.

 

 

Il y a bien sûr aussi la parabole du film, celle du début des années 1970, où la recherche de l'or, des biens matériels, conduit à l'autodestruction - la recherche obsessionnelle de l'utile conduit à l'inutile (il n'y a même pas le prétexte de l'opéra qu'on trouve chez Fitzcarraldo). Le chef légitime nommé par Pizzaro, Ursua, est lui aussi attiré par l'or (c'est le but du voyage) - mais il reste fidèle au roi d'Espagne. Aguirre veut et l'or et la souveraineté pour lui-même. Il aurait pu réussir. Des indiens lui rendent visite, et ils ont de l'or autour du cou. Mais comme il agit par pure violence, il est incapable de profiter de cette circonstance. Il lui manque cette petite dose de justice qui pourrait lui donner une crédibilité. C'est cette incapacité qui déclenche la colère de Dieu.

En 1560, après la conquête du Pérou par les Espagnols, une expédition composée de 1 100 hommes, deux femmes et des esclaves indiens quitte les Andes pour remonter l’Amazone à la recherche d’un affluent qui mènerait au mythique Eldorado, la merveilleuse cité d’or. Alors que la troupe s’est embourbée dans la jungle et que les vivres viennent à manquer, Gonzalo Pizarro, qui mène l’expédition, décide d’arrêter cette impossible avancée et d’envoyer un groupe d’éclaireurs mené par Don Pedro de Ursua (Ruy Guerra). Son épouse, Dona Inez de Atienza, l’accompagne ainsi que le commandant en second Don Lope de Aguirre (Klaus Kinski), sa fille Florès et le frère Gaspar de Carvajal.

Face à la maladie, la fatigue, les attaques des indiens, le gros de la troupe doit interrompre sa marche. Pizzaro sélectionne un groupe d'une quarantaine d'hommes et en confie le commandement à Pedro de Ursua pour descendre le fleuve et reconnaître le terrain. Dans le groupe se trouve Aguirre qui se révolte contre Ursua, rejette l'autorité du Roi d'Espagne et persuade les hommes qu'ils peuvent conquérir l'Eldorado pour leur propre compte. Il choisit un noble du groupe, Fernando de Guzman, pour le sacrer "empereur d'Eldorado". Le radeau qu'ils ont confectionné dérive lentement et le groupe se décime. Aguirre fait exécuter Ursua, étouffe les tentatives de désertion, mais ne parvient pas à combattre la faim ni les flèches empoisonnées qui jaillissent d'on ne sait où. Près de l'embouchure de l'Atlantique, il reste finalement seul sur le misérable débris de son empire, guetté par la folie, entouré d'une miriade de petits singes, et hurlant son rêve impossible : la fondation d'une race pure qu'il fonderait en mariant sa fille... déjà morte avec un autre souverain.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
CinemaChrono

1972.HE.RZO

InsuFantasme

CG.LEF

CinePouvoir

FI.LKJ

zm.Herzog.1972

Rang = YYHerezogAguirre
Genre = MH - NP