Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
CinéAnalyse : en hurlant l'indicible, l'inaudible                     CinéAnalyse : en hurlant l'indicible, l'inaudible
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Karen Deryiceu - "Ça hurle dans l'art!", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 6 août 2006

 

-

[(Cinéloft) : En hurlant l'indicible, l'inaudible]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

1957.

- Le Cri (Michelangelo Antonioni).

1960.

- Psychose (Alfred Hitchcock).

1973.

- Soleil vert (Richard Fleischer).

1981.

- Blow Out (Brian de Palma).

---

A la naissance, l'éclat du cri ouvre au monde. Entre le langage et l'affect, entre la voix et le bruit, entre la décharge et l'appel, il focalise l'attention. On voudrait que cette attention reste toujours aussi vive, mais il est impossible de naître tous les jours.

En principe le cri signale un danger, un événement exceptionnel, une détresse. Notre société en a fait un signe comme un autre, un point de ralliement ou de fuite vers lequel convergent d'innombrables récits, un emblème médiatique de la dislocation, un trou noir où se forme le point. Lessing ou Greenberg soutenaient que le pathos était irreprésentable. Ils se sont lourdement trompés car il est devenu le coeur de toute représentation, la source de toutes les légitimités, entraînant le beau dans sa dérive et signant l'acte de naissance de l'artCri.

Le cri de femme, montré, fabriqué et trafiqué est le vagin de notre époque. Le devoir des victimes est de hurler. On n'arrête pas de les montrer, ce qui garantit qu'elles restent inaudibles. Elles ne désignent le trou que pour appeler la limite.

Celui qui crie est seul. S'il exhibe l'angoisse, c'est pour faire venir l'autre, mais aussi pour se prouver à lui-même qu'il existe.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Le cri de femme incarne un fantasme d'absolu sonore

-

Le point de cri est le trou noir vers lequel converge la fiction

-

Le cri appelle la limite

-

Ça crie partout, et le cri est inaudible!

-

Les gens qui crient sont tous seuls

-

Hurlements dans la perspective!

-

Des voix sont les points-sources du monde actuel

-

[Poussées de l'artCri]

-

Le cri exprime le paroxysme du pathos : s'il était incompatible avec le beau, il ne pourrait pas être représenté dans l'art

-

On peut représenter l'horreur du cri par la beauté de la bouche

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
VoixCri

AA.BBB

CineLoft

OL.LLO

NL_VoixCri

Rang = zQuois_Cri
Genre = -