Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, Nietzsche                     Derrida, Nietzsche
Sources (*) : Derrida, le dégoût, le vomi               Derrida, le dégoût, le vomi
Jacques Derrida - "Otobiographies, L'enseignement de Nietzsche et la politique du nom propre", Ed : Galilée, 1984, pp82-3

 

Bataille (Jan Konupek, 1932) -

Derrida, le politique

Le dégoût de Nietzsche va d'abord à la signature démocratique à laquelle il oppose une autre signature intempestive, à venir, seulement promise

Derrida, le politique
   
   
   
Derrida, date et signature Derrida, date et signature
Derrida, la promesse               Derrida, la promesse  
Sur l'"otobiographie", néologisme derridien                     Sur l'"otobiographie", néologisme derridien    

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Jacques Derrida commente un "texte de jeunesse" de Nietzsche, l'Avenir de nos établissements d'enseignement, ces cinq conférences prononcées en 1872 qui s'en prennent assez violemment à la liberté académique et aux comportements des professeurs. D'un côté, ce texte l'intéresse car c'est "un lieu de croisement très dense : entre la question de l'institution pédagogique et celles de la vie la mort, la mort la vivante, le contrat de langue, le crédit de signature, le biologique et le biographique". Il y découvre le jeu différantiel entre deux "je", biographique et thanatographique, dans une logique qui résonne avec la thématique de "la vie la mort". Mais d'un autre côté, ce texte a été utilisé par les nazis pour légitimer leur politique scolaire et universitaire. Faut-il dans ces conditions lire ces conférences, y faire référence? Derrida éprouve le besoin de se justifier. Après tout, on peut lire Nietzsche comme un précurseur du nazisme, et aussi comme un anti-nazi. D'un côté, c'est lui qui introduit, dans son texte de 1872, le dégoût pour un fonctionnement démocratique du lycée (gymnasium) et de l'université; et d'un autre côté, on peut supposer (mais ce n'est qu'une supposition) qu'il aurait vomi devant les actes commis par les hitlériens. Les deux sont possibles.

L'invocation du vomir, du dégoût (Ekel en allemand) fait partie intégrante du style de Nietzsche. Dans le texte analysé, l'Avenir de nos établissements d'enseignement, il déclare son dégoût pour la démocratie, le journalisme, l'Etat et l'université - un rejet clairement affirmé, alors que ce qu'il propose en échange n'est qu'une promesse.

 

 

Pour condamner définitivement ce qu'il perçoit comme des marques de déclin ou de dégénerescence, le dégoût physique semble suffire. Nietzsche n'a pas besoin d'argumenter : la bonne conscience, les scrupules, l'histoire, le savoir, le laisser-aller, etc., tout cela - toutes ces valeurs auxquelles le démocrate d'aujourd'hui reste attaché - le dégoûte. C'est aussi simple que ça. Le vieux philosophe en appelle à un devoir, une tâche, une législation et une culture totalement nouvelles qui passent par la langue, le corps, la bouche, l'oreille. Au dégoût, il n'oppose ni un autre savoir ni d'autres valeurs, mais une renaissance, un surgissement phénicien, une force vitale, une nécessité personnelle avec ses droits (ceux du génie). L'imprécision de ces valeurs vient, en somme, inverser et prolonger ce dégoût.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaNietzsche

QE.LKK

DerridaDegout

NC.LLK

DerridaPolitique

LU.LKU

DerridaSignature

NU.LKD

DerridaPromesse

KT.LKD

OtoBio

JE.LKD

UNzDegout

Rang = QNietzscheDegout
Genre = MK - IA