Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la raison                     Derrida, la raison
Sources (*) : Derrida, le pouvoir, le souverain               Derrida, le pouvoir, le souverain
Jacques Derrida - "Voyous - deux essais sur la raison", Ed : Galilée, 2003, pp190-4

 

Le doge Leonardo Loredano (Gentile Bellini, 1501) -

Derrida, le savoir, l'université

Tous les rationalismes sont souverains : leur moment inaugural est un pouvoir de connaître qui s'accorde, par principe, inconditionnellement, au-delà de l'être, à l'idée de Bien

Derrida, le savoir, l'université
   
   
   
Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels
Derrida, l'être               Derrida, l'être  
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Qu'est-ce qui justifie la raison? En-dessous de son fondement, sous lui [ou plus ancien que lui], il y aurait à la fois une hypothèse (hypothesis) et une "anhypothèse" :

- l'hypothèse (hypothesis), c'est que la raison doit être conditionnée, elle doit avoir un fond qui permette de fonder une institution, une science, une logique, une théorie, un discours, une proposition, etc. Cette nécessité, c'est le sous-sol de la fondation.

- l'anhypothèse, c'est que la raison est un principe absolu, inconditionnel, souverain, et qu'elle l'aura toujours été, depuis les Grecs et particulièrement depuis Platon. Le moment "quasi inaugural" de la raison, c'est celui du savoir comme pouvoir", du "pouvoir de connaître, du pouvoir-savoir, du pouvoir du savoir, du savoir comme pouvoir" (Derrida, Voyous, p190). Ce qui nous donne la faculté, la force du connaître et aussi la vérité, c'est selon Platon dans La République, une idée du Bien (idea tou agathou). Il faut cette idée pour ordonner le visible intelligible, dont la condition de visibilité est elle-même invisible, inconditionnelle. L'anhypotheton, c'est que l'idée du Bien, qui est au-delà de l'être (epekeina tes ousias), s'accorde au pouvoir souverain selon des figures politiques. Comme le soleil ou le roi sur son royaume, le logos a le pouvoir de régner. C'est lui qui produit le monde visible, sensible ou intelligible. Si la raison est sur-puissante, hyperbolique, si elle détient la force et la majesté, si elle engendre un principe générateur de vie (comme un père), c'est parce que la source de cette idée est extérieure à la loi (nomos).

 

 

Et Derrida de citer Husserl citant Descartes : "De même que le soleil est l'unique soleil qui éclaire toutes les choses et les réchauffe, de même aussi la raison est unique".

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaRaison

EF.LEF

ProSouverain

LC.LLM

DerridaUniversite

CE.LED

DerridaIncond

LB.LLK

DerridaEtre

VF.MLO

USouverainRaisonBien

Rang = NRaisonSouvBien
Genre = MR - IA