Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la raison                     Derrida, la raison
Sources (*) : Derrida, le pouvoir, le souverain               Derrida, le pouvoir, le souverain
Jacques Derrida - "Voyous - deux essais sur la raison", Ed : Galilée, 2003, p195

 

Ex libris -

Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels

Du point de vue de la raison calculatrice, l'alliance entre exigence de souveraineté et exigence inconditionnelle de l'inconditionné paraît indissociable, irréductible, absolue

Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels
   
   
   
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

La raison est calculatrice, mais elle exige inconditionnellement (c'est-à-dire sans calcul, avant tout calcul, téléologiquement) la souveraineté. Derrida soumet à la discussion l'hypothèse de cette double exigence de souveraineté et d'inconditionnalité. Il insiste sur ce mot, "hypothèse" (hypothesis, qu'on peut traduire du grec par fondement, condition), mais il s'empresse de dire que cette hypothèse est aussi une anhypothèse (anhypothéton en grec, un mot qui signifie, justement, inconditionnel). Ce serait donc une hypothèse paradoxale, aporétique, une hypothèse qui, quoique hypothétique, est inconditionnellement "exigée" [exigée par la raison elle-même, et surtout par la tradition dont nous sommes les héritiers]. Pour nommer cette exigence, il explique qu'il préfère le mot postulation, plutôt que principe (trop autoritaire, trop princier) ou axiome (trop calculable). "Je dis postulation pour faire signe vers la demande, le désir, l'exigence impérative" (p196). Postuler cette alliance indissociable, exigée par la raison, entre souveraineté et inconditionnalité, alliance qui nous arrive par une tradition très ancienne qui va de Platon à Bodin, à Rousseau, à Kant, à Schmitt, à Husserl, etc., ce n'est pas une question rationnelle, c'est une question de demande, de désir et aussi une question politique. Il faut, inconditionnellement, en passer par la raison. Mais aujourd'hui (les italiques sont de Derrida), "dans la lumière du jour d'aujourd'hui" (p196), alors que "la terre humaine traverse la terreur, les craintes et le tremblement d'un séisme dont toutes les secousses sont en quelque sorte surdéterminées et surnommées par des forces en mal de souveraineté", il pourrait y avoir un autre désir, une autre politique. La question se pose de mettre en question cette indivisibilité, de la suspendre, de la mettre à l'épreuve.

 

 

Si l'on se place d'un autre point de vue que celui de la raison calculatrice, du point de vue de l'arrivance de l'événement, alors cette indissociabilité irréductible, absolue, la lumière des Lumières ou le soleil de Platon, pourrait ne plus être aussi irréductible, aussi absolue. On pourrait, au nom d'une raison à venir, dissocier ces deux exigences, s'écarter de la souveraineté et privilégier, en le transformant, l'un des deux pôles : l'inconditionnalité.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaRaison

EH.LEH

ProSouverain

LF.LLK

DerridaIncond

LC.LLO

URaisonSouverainIncond

Rang = NRaisonIncondSouv
Genre = MK - NG