Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Cinéloft : En gardant le secret inavoué                     Cinéloft : En gardant le secret inavoué
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Cabrocha Hilairet - "Croître et multiplier", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 16 décembre 2016 L'oeuvre garde le secret dont elle témoigne

[(Cinéloft) : En gardant le secret inavoué]

L'oeuvre garde le secret dont elle témoigne
   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accťder ŗ son texte

 

Un secret ne peut pas se partager, il est impartageable. Si on le partage, ce n'est plus un secret. Il n'y a pas d'exception à cette règle, mais autant de contournements qu'on puisse imaginer.

- les secrets les plus courants et les plus fréquents au cinéma, ce sont les secrets de famille. On n'a pas à les cacher, ils se cachent tous seuls, et bien souvent, ils gouvernent une vie, comme dans Un secret, le film de Claude Miller (2007).

- un secret, par définition, reste secret. On ne le repère pas, mais on peut avoir à assumer, beaucoup plus tard et sans le savoir, les fautes qui s'y rattachent (cf Shozukai, de Kiyoshi Kurosawa, 2012).

- dans Huit femmes, de François Ozon (2002), tout le monde "passe à table", comme on dit, mais le véritable secret, que personne n'aura avoué, reste inconnu.

- il arrive que deux êtres, sans le savoir, partagent un secret qu'ils ignorent. Exemple : Corps et âme, d'Ildiko Enyedi (2017).

- dans The Third murder (Hirokazu Kore-Eda, 2017), on dirait que les deux personnages qui pourraient éventuellement être des meurtriers se protègent l'un l'autre pour que nul n'ait à avouer. Rien ne prouve, dans ce jeu, qu'il n'y ait pas, ailleurs, d'autres meurtriers possibles.

- il arrive que, derrière le mystère, en-deçà ou au-delà du film, le secret soit absolument inaccessible. Il est alors beau, aussi beau que Juliette Binoche dans Camille Claudel 1915 (Bruno Dumont, 2012).

- souvent des traumas restent secrets, et leur origine, leur cause encore plus. Ils sont "Cachés", dit Michael Haneke dans le titre de son film de 2005.

- il faut six acteurs différents pour montrer à l'écran une seule personne, non nommée. Tout le monde sait qu'il s'agit de Bob Dylan, qui ne dit rien mais se laisse deviner. Le titre du film insiste : I'm not there ( Todd Haynes, 2007). Il faut, pour lui, du secret, dit-il avec une certaine complaisance. Et ça s'arrête à peu près là.

--------------

Propositions

--------------

-

Un frère mort, disparu, peut gouverner une vie et peut aussi induire une philosophie ("Un secret", film de Claude Miller, 2007)

-

On ne paie jamais pour ses propres fautes, mais pour celles d'un autre (Shozukai, film de Kiyoshi Kurosawa, 2012)

-

Si la mémoire de la guerre d'Algérie se transmet, c'est par des traumas qui restent secrets, inavoués (Caché, film de Michael Haneke, 2005)

-

Huit Femmes (François Ozon, 2002)

-

Complaisamment j'exhibe toutes les facettes de mon image, afin de protéger mon secret ("I'm not there", film de Todd Haynes, 2007)

-

"Corps et âme" (Ildiko Enyedi, 2017) : Il faut choisir librement ce qui, déjà, en secret, habite nos rêves

-

The Third Murder (Hirokazu Kore-Eda, 2017) - Le jugement final, c'est que nul ne peut témoigner de la vérité

-

Dans "Camille Claudel 1915" (film de Bruno Dumont, 2012), rien ne transpire du secret de Camille; c'est ce qui fait la beauté irremplaçable du film, et aussi sa faille

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Cabrocha
CabrochaSecret

AA.BBB

CineLoft

NE.LJH

IVocalSecret

BE.LEF

MG_CabrochaSecret

Rang = ZHSecretCabrocha
Genre = -