Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Crypte, secret, hantise                     Crypte, secret, hantise
Sources (*) : Cinéloft : En gardant le secret inavoué               Cinéloft : En gardant le secret inavoué
Pierre Delain alias Ozzy Gorgo - "L'écranophile", Ed : Guilgal, 1988-2019, Page créée le 30 juin 2012

 

- -

Sur des films (rémanences)

On ne paie jamais pour ses propres fautes, mais pour celles d'un autre (Shozukai, film de Kiyoshi Kurosawa, 2012)

Sur des films (rémanences)
   
   
   
Cinéloft : en laissant les dettes insoldées Cinéloft : en laissant les dettes insoldées
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

logo

 

Au début du film, on voit une scène dont on pourrait croire, dans la logique de la narration, que c'est la scène primitive du film, celle à laquelle tout se rapporte, la scène qui serait la cause de tous les événements à venir. Mais peu à peu on se rend compte que cette scène, aussi terrible et réelle soit-elle (la scène du meurtre de la petite Emili par un inconnu), fonctionne comme une sorte de souvenir-écran d'une scène plus ancienne, laquelle inverse toute la chaîne faute - culpabilité - châtiment.

- première scène (dans l'ordre du film) : la petite Emili est assassinée en présence de ses quatre copines âgées de 10 ans. Sa mère Asako apparaît comme la victime. Les fillettes ne sont pas intervenues; elles sont incapables de se souvenir du visage du meurtrier. Asako exige des quatre filles une compensation (pénitence, en japonais shozukai, sorte de dette morale qui implique de se punir soi-même). Elles accordent implicitement leur promesse.

- seconde scène (la scène secrète qu'on ne découvre qu'à la fin du film, qui se passe 10 ans avant la première, c'est-à-dire au moment de la naissance des 5 filles) : Asako assiste au suicide de sa rivale Akié, sans intervenir (elle non plus); on comprend que cet acte de jalousie est à l'origine de toute la chaîne. C'est elle la coupable, elle qui normalement devrait offrir une compensation à la véritable victime, l'amoureux d'Akié, Janthô.

- mais il faut compter avec trois retournements spectaculaires typiques du cinéma aujourd'hui : (1) le meurtrier d'Emili n'est autre que Janthô, qui a voulu se venger d'Asako (2) Janthô est aussi le père d'Emili, ce qu'Asako lui avait toujours caché (3) apprenant cela [il a été père, et il a tué sa propre fille], Janthô se suicide.

- puis viennent les effets, sur autrui, d'un double secret.

- Temps I : naissance des cinq filles Sae, Maki, Akiko, Yuka et Emili.

- Temps II (an 10) : meurtre d'Emili.

- Temps III (an 25) : les quatre filles, âgées de 25 ans, doivent payer pour les crimes de deux personnes (Asako et Janthô) avec lesquelles elles n'ont aucun lien direct. Sae se marie avec un pervers qu'elle assassine; Maki se fait tuer par un autre pervers qui avait voulu s'en prendre à des enfants; Akiko, qui se prend pour un ours, tue son propre frère au moment où il va violer une petite fille; Yuka détruit le couple que sa soeur forme avec un policier dont elle est amoureuse.

- Temps IV : Asako reste seule. C'est elle la coupable de cette chaîne de crimes et d'horreurs. Elle se rend à la police, elle raconte tout; mais la police ne voit pas de lien direct, elle refuse de l'inculper. Asako reste seule, sa fille assassinée, sa copine de jeunesse et son premier amant suicidés, son couple défait. Sa détresse, c'est que la société ne prenne pas en charge sa punition.

 

 

MORALE DE L'HISTOIRE

La vie des cinq fillettes dont on voit ci-dessus la photo est détruite. Aucune d'entre elles n'est responsable de la scène primitive; aucune n'en sera jamais informée. Elles payent pour un acte auquel elles n'ont eu aucune part, et qu'elles ignorent. Pourtant, sont-elles innocentes? Non. Chacune d'entre elles a, aussi, commis un acte détestable, y compris Emili (en subtilisant une lettre que sa mère dissimulait, c'est elle qui a contribué involontairement à informer Janthô des causes de la mort d'Akié, sous cet angle on peut dire qu'elle a provoqué son propre assassinat). C'est ainsi qu'un secret inavouable, refoulé, exerce sa hantise, selon un mécanisme que Nicolas Abraham et Maria Torok avaient naguère décrit. Et l'on peut deviner que le secret des quatre filles survivantes produira des effets aux générations suivantes, sur des personnes qui ignoreront totalement la chaîne de la transmission.

Synopsis (Wikipedia, 2 mai 2018) :

Shokuzai (littéralement « pénitence ») est une mini-série japonaise en cinq épisodes, créée et réalisée par Kiyoshi Kurosawa, et diffusée du 8 janvier au 5 février 2012 sur la chaîne WOWOW. Adaptée du roman homonyme de Kanae Minato, elle a été remontée sous la forme d'un long-métrage en deux parties, intitulées respectivement Shokuzai - Celles qui voulaient se souvenir et Shokuzai - Celles qui voulaient oublier. Le premier film réunit les deux premiers épisodes, et le second les trois derniers. Les deux parties ont été présentées à la Mostra de Venise 2012 avant une sortie en salles.

Une fillette, la petite Emili, nouvellement arrivée dans une école, se lie d'amitié avec quatre autres fillettes. Un jour, alors qu'elles jouent ensemble dans la cour, un homme arrive en se présentant comme un ouvrier qui travaille dans l'école; il dit avoir besoin d'aide pour accomplir une tâche et demande à Emili de lui prêter assistance. Alors que les quatre amies d'Emili l'attendent, l'homme viole et tue la fillette dans le gymnase de l'école. Sous le choc, les quatre enfants sont toutes incapables de se souvenir du visage de l'assassin. La mère d'Emili leur reproche la mort de sa fille : elle déclare aux quatre écolières qu'elle pensera désormais à elles quotidiennement et les condamne à la «pénitence» tant qu'elles n'auront pas expié leur faute ou aidé à retrouver le coupable.

Quinze ans plus tard, l'assassin n'a toujours pas été identifié. Les quatre camarades d'Emili restent profondément marquées, chacune à sa manière, par cet épisode de leur enfance : bien que leurs parcours soient très différents, aucune n'a réussi à surmonter ce traumatisme ni à vivre des rapports normaux et sereins avec les gens qui l'entourent. Les quatre premiers épisodes racontent chacun l'histoire de l'une des jeunes femmes, qui interagissent toutes d'une façon ou d'une autre avec la mère de la victime. Le cinquième et dernier volet est centré autour de la mère d'Emili et de la résolution de l'énigme.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
HantiseSecret

YF.LIF

CabrochaSecret

EM.MMP

CinemaChrono

2012.KU.ROS

AlexandraVenir

HG.MMP

zm.Kurosawa.2012

Rang = YFauteAutre
Genre = MK - NP