Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'écranophile en voix off                     L'écranophile en voix off
Sources (*) : CinéAnalyse : En accueillant l'errant, l'égaré               CinéAnalyse : En accueillant l'errant, l'égaré
Ozzy Gorgo - "L'écranophile", Ed : Guilgal, 1988-2019, Page créée le 10 juillet 2022

 

-

CinéAnalyse : À la poursuite d'un Juif errant

Zelig (Woody Allen, 1983) - L'identité de celui dont l'identité est de ne pas en avoir est aussi une identité, celle qui oblige à vivre dans l'aporie

CinéAnalyse : À la poursuite d'un Juif errant
   
   
   
CinéAnalyse : En gardant le secret inavoué CinéAnalyse : En gardant le secret inavoué
CinéAnalyse : En renonçant à la possession, au propre               CinéAnalyse : En renonçant à la possession, au propre    
CinéAnalyse : désert, aporie, où l'œuvre surgit                     CinéAnalyse : désert, aporie, où l'œuvre surgit    

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Comment aborder de grands sujets avec un délicieux humour... Dans un sens, il s'agit du Juif déculturé capable de prendre n'importe quelle identité. Dans un autre sens, il s'agit d'un jeu entre l'histoire (telle qu'elle est montrée par les documentaires), le commentaire savant (Saul Bellow, Charles Bettelheim, Susan Sontag), la farce, une réflexion sur l'essence même du cinéma, où un acteur (Woody Allen) lui-même est capable de prendre tous les rôles et d'épouser toutes les femmes. Qu'est-ce que le cinéma? Le passage de Zelig dans une sorte de réel, le réel filmique.

Zelig, le conformiste ultime qui n'a pas d'intériorité, est toujours visible, médiatisé, filmé. Les journaux n'arrêtent pas de commenter ses aventures. Tant qu'il n'a pas d'intériorité (il pourrait être n'importe qui), il ne peut pas se sentir coupable, mais à partir du moment où la docteur Fletcher le soigne, il comprend qu'il n'aurait pas du se marier avec d'innombrables femmes, se prétendre dentiste ou gynécologue alors qu'il n'y connait rien. Que fait-il alors? Il va en Allemagne s'identifier avec les nazis. Pousser la culpabilité jusqu'au bout lui permet de s'en délivrer absolument quand il revient aux US. C'est alors le triomphe de sa déculpation. "His sickness was also at the root of his salvation" dit le commentaire. Il a fallu qu'il s'identifie au pire du coupable pour se délivrer de sa culpabilité, mais ce n'était que pour replonger.

 

 

Il faut à ce film une figure de l'accueil (Mia Farrow, qui le rejettera plus tard avec violence). Elle est la seule à pouvoir arrêter l'errance.

Que vient faire l'insistance sur Moby Dick dans ce film? Je me pose la question à cause du Livre de Jonas. Au moment où il meurt, Zelig est en train de lire Moby Dick (ce qu'il n'avait jamais fait de sa vie), mais malheureusement, dit-il, il ne connaîtra pas la fin. Zelig est un Jonas qui s'enfuit dans le ventre du nazisme, pour revenir héroïquement et finalement mourir (comme Achab). Le Jonas biblique, à la fin du livre, souhaiterait lui aussi mourir (d'ailleurs on ne sait pas s'il meurt oui ou non).

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
CinemaChrono

1983.ALLEN

HavreEgarement

DL.LKJ

VMVParcours

BE.LLK

CabrochaSecret

JD.LKD

CineExaprop

ET.LKJ

ArchiOeuvreOrloeuvre

DO.LKI

zm.Allen.1983

Rang = YYZeligAllen
Genre = MH - NP