Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, silence, mutisme                     Derrida, silence, mutisme
Sources (*) : Derrida, Lévinas               Derrida, Lévinas
Jacques Derrida - "Adieu à Emmanuel Lévinas", Ed : Galilée, 1997, p197

 

Le prophete Elie (Theophane le Grec) -

Derrida, l'éthique

Une "voix de fin silence" vient au prophète Elie. Puis (une autre voix) : "Qu'as-tu à faire, toi, ici? - Va"; ce silence vient à nous depuis l'abîme entre éthique et politique

Derrida, l'éthique
   
   
   
Derrida, théologie négative Derrida, théologie négative
Derrida, le politique               Derrida, le politique  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

En passant, dans son livre Adieu à Emmanuel Lévinas, Jacques Derrida propose une interprétation du passage biblique où le prophète Elie rencontre "la voix de fin silence" (traduction de Lévinas, différente du texte de Segond reproduit ci-contre, où Qol DeMama Daqqa est rendu par "un murmure doux et léger", ce qui est à la fois un contre-sens et un faux sens, comme le montre Michel Masson). [On sait que Elie est le second prénom de Derrida, qui le conduit à s'identifier souvent à ce prophète.]. Il est question du rapport entre éthique et politique dans la pensée de Lévinas, et aussi par rapport à la ville de Jérusalem, celle de la bible et celle d'aujourd'hui. Entre la promesse biblique d'hospitalité messianique, liée au nom de Jérusalem, et la pratique politique d'aujourd'hui, il y a un abîme. Selon Derrida, c'est du fond de cet abîme où Elie n'a cessé de naviguer entre politique et prophétie, qu'arrive "peut-être" l'événement de la grotte du Horeb. Elie a cherché la présence de Dieu [aussi incertaine que l'éventuel compromis entre la sainteté de l'hospitalité et la paix politique] sur la montagne, dans la tempête, dans le séisme, puis dans le feu, mais ne l'a pas trouvé. C'est au-delà de ces étants, au-delà de l'être, qu'elle se manifeste, mais comme une voix-silence - oxymore impossible, aussi impossible que, par exemple éthique-justice.

Mais c'est sur la suite de ce passage très connu que Derrida attire l'attention. Quand une autre voix se manifeste, à l'extérieur de la grotte, elle demande à Elie "Mais que fais-tu là?" C'est laisser entendre qu'il y a d'autres urgences que cette grotte. D'ailleurs Elie l'avait compris du premier coup, puisqu'il s'est dirigé vers la sortie dès qu'il a entendu la voix silencieuse. Ce silence intraitable, insupportable, il faut qu'il le franchisse, qu'il s'écarte de la mystique pour travailler au rapport entre éthique et politique. Que fait-il? Il va sacrer un roi et oindre un prophète, afin que les deux dimensions coexistent, malgré l'abîme et malgré le silence. "L'éthique enjoint une politique et un droit; cette dépendance et la direction de cette dérivation conditionnelle sont aussi irréversibles qu'inconditionnelles" (Derrida, pp198-199). Le prophète a été tenté par la mystique, mais il ne s'y est pas laissé enfermer.

Icône du prophète Elie, peut-être peinte par Théophane le Grec.

 

 

(9) Et là, il entra dans la caverne, et il y passa la nuit. Et voici, la parole de l'Eternel lui fut adressée, en ces mots: Que fais-tu ici, Elie? (10) Il répondit: J'ai déployé mon zèle pour l'Eternel, le Dieu des armées; car les enfants d'Israël ont abandonné ton alliance, ils ont renversé tes autels, et ils ont tué par l'épée tes prophètes; je suis resté, moi seul, et ils cherchent à m'ôter la vie.

 

(11) L'Eternel dit: Sors, et tiens-toi dans la montagne devant l'Eternel! Et voici, l'Eternel passa. Et devant l'Eternel, il y eut un vent fort et violent qui déchirait les montagnes et brisait les rochers: l'Eternel n'était pas dans le vent. Et après le vent, ce fut un tremblement de terre: l'Eternel n'était pas dans le tremblement de terre. (12) Et après le tremblement de terre, un feu: l'Eternel n'était pas dans le feu. Et après le feu, un murmure doux et léger. (13) Quand Elie l'entendit, il s'enveloppa le visage de son manteau, il sortit et se tint à l'entrée de la caverne. Et voici, une voix lui fit entendre ces paroles: Que fais-tu ici, Elie? (14) Il répondit: J'ai déployé mon zèle pour l'Eternel, le Dieu des armées; car les enfants d'Israël ont abandonné ton alliance, ils ont renversé tes autels, et ils ont tué par l'épée tes prophètes; je suis resté, moi seul, et ils cherchent à m'ôter la vie.

 

(15 L'Eternel lui dit: Va, reprends ton chemin par le désert jusqu'à Damas; et quand tu seras arrivé, tu oindras Hazaël pour roi de Syrie. (16) Tu oindras aussi Jéhu, fils de Nimschi, pour roi d'Israël; et tu oindras Elisée, fils de Schaphath, d'Abel-Mehola, pour prophète à ta place. (17) Et il arrivera que celui qui échappera à l'épée de Hazaël, Jéhu le fera mourir; et celui qui échappera à l'épée de Jéhu, Elisée le fera mourir. (18) Mais je laisserai en Israël sept mille hommes, tous ceux qui n'ont point fléchi les genoux devant Baal, et dont la bouche ne l'a point baisé.

(I Rois 19) Traduction Louis Segond

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
ProSilence

VG.LEF

DerridaLevinas

XG.LLK

DerridaEthique

LV.IIH

DerridaPriere

HP.FFM

DerridaPolitique

RS.IKK

XElieVa

Rang = XElieFinSilenceVoix
Genre = MR - IA