Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
CinéAnalyse : en accueillant l'autre en soi                     CinéAnalyse : en accueillant l'autre en soi
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Pierre Delain - "Le cinéma sans condition", Ed : Guilgal, 2018, Page créée le 23 mars 2014

 

-

Et il faut répondre à l'autre, s'adresser à lui

[(CinéAnalyse) : En laissant l'autre, l'étranger, l'hétérogène, venir en soi]

Et il faut répondre à l'autre, s'adresser à lui
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Laisser l'autre, l'hétérogène, venir en soi, c'est extrêmement difficile dans la vie courante, presque impossible. Il y faut toutes sortes de détours, du genre de ceux que raconte André Gregory dans My dinner with Andre (Louis Malle, 1981), qui montre la transformation subtile que cette expérience peut produire en nous. Malgré le passage du temps, l'oubli, la distance (C'est du cinéma), cette transformation peut perdurer. La faire perdurer, c'est peut-être la finalité même du cinéma qui, par essence, doit porter l'autre. Si je vais voir un film, puis un autre, puis un autre, c'est justement à cause de cette prévalence de l'autre. Sur ce plan, sa liberté est grande. La figure de l'autre est absolument sans limite. Il peut y avoir derrière cet autre encore un autre, une altérité encore plus différente, plus bizarre ou pire que la précédente, une altérité plus manifeste, plus visible ou plus cachée. On peut la montrer comme telle, et c'est alors, par exemple, un Lazzaro (Alice Rohrwacher, 2018), ou en montrer les effets terribles et douloureux. Dans Everything will be fine (Wim Wenders, 2015), l'écrivain a commis un acte involontaire qui le plonge dans la détresse, la culpabilité. Il ne peut pas refuser d'en être imprégné, de porter en lui la contre-signature de cet autre qui est venu perturber sa route. Mais on peut aussi montrer l'altérité dans ce qu'elle a de plus proche comme dans Adam (Maryam Touzani, 2019). La fabrique de l'hospitalité est complexe, elle a toutes sortes de degrés, de modalités, de cheminements pour y accéder ou au contraire s'en débarrasser. Les uns commencent par l'inconditionnel à la façon de Warda, la petite fille d'Adam, les autres font la marche inverse, vers l'inconditionnel, comme sa mère Abla. C'est la même histoire, mais vécue et ressentie différemment.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

My dinner with Andre (Louis Malle, 1981) - Je voudrais apprendre à vivre, enfin

-

Adam (Maryam Touzani, 2019) - Le regard d'une petite fille sur une hospitalité qui oblige, dans un monde où le nouveau-né doit être abandonné

-

Heureux comme Lazzaro (Alice Rohrwacher, 2018) - Tu répondras à l'autre, dans l'irresponsabilité la plus absolue

-

Everything will be fine (Wim Wenders, 2015) - Vivre avec la contre-signature de l'autre

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
SAOParcours

AA.BBB

CineLoft

FD.KKJ

ArchiOeuvreAutre

CC.LKD

MF_SAOParcours

Rang = RAOScene
Genre = -