Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
La tâche du traducteur                     La tâche du traducteur
Sources (*) : Derrida, la traduction               Derrida, la traduction
Jacques Derrida - "Psyché, Inventions de l'autre (tome 1)", Ed : Galilée, 1987, p213-215 - Des tours de Babel

 

Traduction, survie (Frederic Chetiac, 2010) -

Déconstruction, traduction, survie des oeuvres

La traduction n'est ni une réception, ni une communication, ni une reproduction d'un texte dans une autre langue : c'est une opération destinée à assurer sa survie comme oeuvre

Déconstruction, traduction, survie des oeuvres
   
   
   
Derrida, la vie, la survie Derrida, la vie, la survie
Derrida, envois, destinations               Derrida, envois, destinations  
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Jacques Derrida reprend le texte de Walter Benjamin, La tâche du traducteur. Traduire, ce n'est ni recevoir, ni communiquer, ni représenter, ni reproduire. C'est un engagement, une responsabilité. Il faut rendre ce qui a été donné : restituer un sens, s'acquitter d'une dette. Le traducteur est un héritier. On lui a fait don d'une semence, et il doit la rendre. Le problème, c'est que cette dette pourrait être insolvable, la restitution pourrait s'avérer impossible. Puisque le lien d'amour ne suffit pas pour transposer adéquatement le sens entre deux langues, il faut une autre démarche : contribuer à la maturation de l'œuvre. C'est ce que propose Benjamin. Avec cette métaphore vitaliste, le concept de traduction est tranformé. Il ne s'agit plus de restituer le sens, mais de faire vivre une pensée, de la faire survivre. Ce sont les concepts de vie et de survie qui sont eux-mêmes transformés, puisqu'il ne s'agit pas de prolonger le vivant, mais de l'excéder. Il ne s'agit pas ici de la survie des auteurs, mais de celle des œuvres et de leur nom. Le lien ne passe pas entre un donateur et un donataire, mais entre deux textes. "Telle survie donne un plus de vie, plus qu'une survivance. L'œuvre ne vit pas plus longtemps, elle vit plus et mieux, au-dessus des moyens de son auteur" écrit Derrida (p214). Ce qui arrive à l'œuvre est un pas au-delà de sa signification d'origine.

Chaque traduction est un événement unique, une performance. Il lui faut, a priori, un traducteur qui soit un sujet, un signataire. Dans un contexte donné, il peut se trouver qu'un tel traducteur, capable de supporter l'œuvre, se présente. Mais même si aucun n'est disponible dans ces circonstances, l'exigence de traduire persiste, car elle tient à la structure même de l'œuvre. L'œuvre survit a priori, même si elle ne trouve pas les conditions de sa survie.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
BenjaminTraduction

HE.LJE

DerridaTraduction

CE.LEE

CreponDeconsTrad

JD.LJD

DerridaVie

IT.LIT

DerridaDestination

JK.LKK

UTraductionSurvie

Rang = NTraduction
Genre = DET - DET