Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
CinéAnalyse : sur la consommation, pure présence vouée à la chute                     CinéAnalyse : sur la consommation, pure présence vouée à la chute
Sources (*) : L'objet (a)               L'objet (a)
Arsène Gaillour - "Une raison sans promesse", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 31 mai 2006

 

-

[(CinéAnalyse : En assignant à l'objet de consommation sa valeur : pure présence, vouée à la chute)]

   
   
   
Le cinéloft du Quai Le cinéloft du Quai
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

2022.

- White Noise (Noah Baumbach)

---

Quelle est l'essence de l'objet? Si l'on supprime toutes ses caractéristiques, si on le réduit à son essence pure, que reste-t-il? Il y aurait deux versants. Sur le premier, l'objet n'aurait de valeur que par sa présence, par le discours qui l'évoque, par le désir qui lui assigne une place, c'est-à-dire par la parole. Le second versant serait encore plus incertain. Il nous précipiterait dans l'errance.

Partons de la voix. Elle n'est pas un objet comme les autres. L'expérience que nous en avons est multiple. Premier objet du désir, paradigme de l'objet pulsionnel, elle nous sert à définir et maîtriser les objets. Nous avons avec elle un rapport de proximité, voire de fusion. Pourtant elle reste irréductiblement extérieure. Elle ne peut que s'éloigner et finit par s'abîmer dans le vide. Qu'est-elle vraiment? Une énigme. Elle est l'objet le plus proche de son effacement. Même quand elle se présente comme corps extérieur, avec sa propre identité, elle se dérobe, se réduit à un pur signifiant (ce qu'elle n'est pas). Bien qu'elle ait toujours une dimension symbolique, elle est vouée à la perte, destinée à la chute.

Avec l'espace vocal, les ambiguités de la voix contaminent tous les objets. Ils deviennent partiels, restes indistincts d'une opération infinie. On ne peut plus les considérer comme des choses appropriables. Ils chutent (comme la voix). L'art actuel ne cesse de montrer leur métamorphose.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

White Noise (Noah Baumbach, 2022) - La déconstruction ordinaire, sans réponse, ça peut se consommer sans déplaisir, mais pas sans angoisse

-

Vox, la voix pure, est l'objet sonore, l'objet dans son essence même, c'est-à-dire vide

-

La voix est l'expérience de l'objet la plus radicale

-

Dans la voix, la présence de l'objet disparaît déjà, elle dérobe la chose même

-

La voix-objet est rencontrée comme corps extérieur, avec sa propre identité

-

La voix selon Lacan est un paradigme de l'objet pulsionnel

-

La voix se disperse en de multiples objets courants

-

La voix est une excroissance incontrôlable, qui repousse toujours

-

Dada ne s'est jamais arrêté! Il pousse toujours! ses expectorations envahissent le monde

-

Depuis que le son du monde a rompu avec la nature, il vient en trop

-

Le sujet, absorbé par son fantasme, en perd la voix

-

L'objet voix s'abîme dans le vide de l'Autre

-

Les objets, ces signes conservateurs de la propriété, sont les plus dangereux véhicules des conventions

-

Il y a trois formes de l'objet (a) : prégénital, phallique et vocal

-

La voix ne se donne à entendre que dans la chute du (a)

-

En introduisant le temps et le mouvement dans l'espace, le cubisme a donné son orientation définitive à l'art vivant du 20ème siècle : la métamorphose de l'objet

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
VoixObjeta

AA.BBB

InsuObjeta

ZA.OBJ

CineLoft

WN.JJD

MF_VoixObjeta

Rang = zQuois_Objets
Genre = -