Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Le Tiqoun, réparation qui préserve la brisure                     Le Tiqoun, réparation qui préserve la brisure
Sources (*) : Répondre à l'irréparable               Répondre à l'irréparable
Pierre Delain - "Miqra, plus d'une lecture", Ed : Guilgal, 2016-2020, Page créée le 14 novembre 2006

 

-

Sur la Cabale

[On peut lire l'expérience humaine comme réparation (tiqoun), réconciliation qui préserve la brisure]

Sur la Cabale
   
   
   
Retrait / brisure / réparation Retrait / brisure / réparation
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

Le mot, tiqoun, peut sembler mystérieux, ésotérique, étrange et étranger. Il l'est. On le traduit souvent par réparation ou restauration.

Selon le cabaliste Isaac Louria, la création s'est faite en trois temps :

1. En se retirant (tsimtsoum), Dieu a introduit un déséquilibre dans le monde.

2. Un rayon de lumière s'est répandu. Il a brisé les vases qui contenaient l'univers (chevirat hakelim).

3. Et nous voici dans le troisième temps (tiqoun). Comment réparer les brisures? Voici la marche à suivre : d'abord séparer les unes des autres les étincelles de lumière, car il faut que chacune suive son chemin. Ensuite [mais ensuite seulement], les rassembler. On peut de cette façon éveiller le désir, mais il n'y a aucune garantie de succès.

La réparation, si elle réussissait, serait la fin de l'exil. Ce serait vrai pour Israël (exil géographique), mais aussi pour chacune des âmes, car les étincelles sont aussi des âmes (exil spirituel). Mais avec le tiqoun, ce n'est pas de l'unité du monde ou d'un discours métaphysique qu'il est question. Réparer, ce n'est pas rêver d'une totalité qui n'aura jamais existé - car avant le retrait, il n'y avait rien. Le Dieu de Babel ouvre à la réconciliation, mais il interdit la fusion. Il invite à préserver dans le même temps l'intouchable et la brisure. C'est un Dieu messianique qui ne promet le rassemblement des langues que par fragmentation et accroissement.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'homme a pour tâche la restauration (tiqoun) de sa structure spirituelle primitive : mettre fin à l'éparpillement des âmes par le guilgoul (transmigration)

-

Le but du tiqoun est de séparer les parcelles éparpillées de la chekhina qui sont mêlées aux klipot

-

Le tiqoun est la restauration des lumières divines jusqu'à l'unification du nom de Dieu et la fin de l'exil

-

On ne peut pas restaurer l'unité du monde (tiqoun), mais on peut en délivrer quelques étincelles (nitsotsot)

-

Le Tiqoun est le discours de la réponse, métaphysique et totalisant

-

En se donnant pour mission de rassembler les étincelles de sainteté éparpillées à travers le monde, le hassidisme déconstruit la langue et introduit le désir dans les mots

-

Traduire, c'est viser l'essence, la racine commune du littéraire et du sacré, c'est promettre un hymen, une réconciliation, un contrat qui préserverait l'intouchable et la brisure

-

Pour survivre comme texte sacré, messianique, un original promet à la fois l'accroissement des langues, leur parenté et leur réconciliation

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
RepTiqoun

AA.BBB

RepCheminements

XT.QDD

CabCheminements

DL.KJJ

OuakninLouria

LD.LLD

JV_RepTiqoun

Rang = zQuois_Tiqoun
Genre = - IB