Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
CinéAnalyse : À la poursuite d'un Juif errant                     CinéAnalyse : À la poursuite d'un Juif errant
Sources (*) : Les récits danéliens (recueils et recueillements)               Les récits danéliens (recueils et recueillements)
Ouzza Kelin - "Les braises de la bouche", Ed : Guilgal, 2007-2016, Page créée le 23 avril 1997

 

- -

Le cinéloft du Quai

[(CinéAnalyse) : À la poursuite d'un juif errant, qui aurait reçu un don irrémissible]

Le cinéloft du Quai
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

1983.

- Zelig (Woody Allen).

2012.

- Holy Motors (Leos Carax).

---

- Madjiguène : Danel a ce don comme d'autres ont le don des mathématiques ou de la musique. Il le sait depuis longtemps, aussi longtemps qu'il s'en souvienne, mais il déteste en parler. C'est embarrassant, gênant, injustifiable. Il n'y est pour rien, mais il se sent coupable, comme s'il volait la vie des autres.

(Danel : Si seulement on m'avait dit pourquoi, si un jugement avait été prononcé, si un tribunal avait annoncé une peine fixe, déterminée, avec un nombre précis de générations, par exemple sept ou dix, c'aurait été supportable. Mais qu'est-ce qui justifie qu'on puisse condamner quelqu'un sans terme, jusqu'à la fin des temps?)

- Madjiguène : Tout se passe comme si la machine judiciaire s'était déréglée. Il serait coupable à jamais, mais sans savoir de quoi; après plusieurs millénaires, la cause de sa chute continuerait à produire des effets. Mais cette faute qu'il ne connaît pas, il ne s'en sent pas porteur, il ne la regrette pas. Pas de péché, pas de condamnation. Il sait qu'il est condamné, il sait qu'il doit purger sa peine, indéfiniment, un point c'est tout.

- (Danel, Ce qui, peut-être, s'annonce par mon nom, ce qui fait horreur, c'est la mort telle qu'elle est vraiment, l'impossibilité de mourir).

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Zelig (Woody Allen, 1983) - L'identité de celui dont l'identité est de ne pas en avoir est aussi une identité, celle qui oblige à vivre dans l'aporie

-

En échange de notre survie, nous honorons les rendez-vous qui nous sont donnés - jusqu'à épuisement (Holy Motors, film de Leos Carax, 2012)

-

Les ruminations de Danel Qilen, extrait n°1

-

Les ruminations de Danel Qilen, extrait n°2

-

Danel Qilen trompe la solitude de la nuit

-

La solitude est monstrueuse, car elle invente un vide que Dieu n'a pas conçu

-

J'habite où on me fait entrer

-

On ne revient pas dans une terre maternelle, ce serait un inceste

-

Je suis l'errance; l'errance de l'errance; la seule errance, l'errance seule

-

"Que veux-tu?"

-

Que suis-je pour toi?

-

Œuvrer, c'est conjurer la hantise d'un "je-suis-mort"

-

Par le récit, la remémoration, le commentaire, l'interprétation, l'écriture, tu outrepasseras la vie

-

La mort qui s'annonce me fait horreur, parce que je la vois telle qu'elle est : non pas mort, mais impossibilité de mourir

Le juif errant n’est ni un être vivant, ni une réalité historique, c’est un mythe. Il y a pire : c’est un mythe inventé par des antisémites. Alors pourquoi nous en servons-nous?

Personne n'est à l'abri. Personne n'est assez sûr de lui pour échapper à cette identification. Personne ne peut se détacher de son intensité : cette incertitude, cette inadéquation, cette fragilité, ce dénuement, cette fuite, cette angoisse. A chaque tremblement de ses genoux, il fait vibrer nos fibres et dégorge une graine de silence. Ce n'est pas qu'il aie peur. De quoi aurait-il peur? C'est qu'il est effaré. Il se sait sans abri et sans mystère. Il sait que cette tâche inabandonnable ne sert à rien, qu'elle n'est pas sollicitée, qu'il ne sauvera personne, que ses détracteurs l'emporteront, que sa seule perspective est de continuer sa marche, mais il n'ignore pas sa chance. Il connaît son privilège. Il se sait unique et il en est fier. Il garde le front haut. Quoique vacillants, ses genoux le tiendront debout, il n'attendra pas de relève, il restera vigilant jusqu'au bout.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
VMVParcours

AA.BBB

LEODOParcours

BQ.JJL

CineLoft

XC.KJD

LV_VMVParcours

Rang = N
Genre = MK - NG