Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la prière                     Derrida, la prière
Sources (*) : Derrida, le performatif               Derrida, le performatif
Jacques Derrida - "Séminaire "La bête et le souverain" Volume II (2002-2003)", Ed : Galilée, 2010, p303

 

-

Derrida, vérité

La prière ne montre pas, ne fait rien savoir, ne saurait être ni vraie ni fausse

Derrida, vérité
   
   
   
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Derrida se dissocie de Heidegger qui écarte a priori la dimension de la prière de son séminaire de 1929-30, Les concepts fondamentaux de la métaphysique, Monde, finitude, solitude, en la rejetant du côté de la rhétorique ou de la poétique. Au contraire, il commence cette séance du 5 mars 2003 en multipliant les exemples de formulations qui montrent que la prière est partout : se laisser prier, se faire prier, je vous en prie, je vous prie, je vous prie de (m'écouter parler, faire attention à moi, etc.) (pp287-8). Chaque fois que je m'adresse à l'autre, implicitement, je le prie de m'entendre, et même quand j'affirme quelque chose, quand j'énonce une connaissance ou un constat, il y a une part de prière performative : Je te prie de me croire, de faire de moi un témoin [car tout constatif s'enracine dans la forme générale du témoignage ou de l'acte de langage]. Une prière ne décrit pas, n'affirme pas, elle n'est ni vraie ni fausse, on ne peut pas l'interroger, la questionner. "Toute question suppose une prière, mais la prière en tant que telle ne pose pas de question, elle reste étrangère à la question proprement dite" (p323). Quand on prie, on peut demander, désirer, se confesser, se repentir, mais il n'y a pas de le logos dans cette énonciation. Elle ne questionne pas et ne répond pas non plus. Elle anticipe un silence, une non-réponse.

Le Nom de la Rose (Jean-Jacques Annaud, 1986).

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaJePrie

CH.KJD

DerridaPerformatif

XC.LDF

DerridaVerite

XG.LDF

UPriereAutreFV

Rang = NPriereAdresseAutre
Genre = MH - NP