Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Derrida, un tournant éthique ?                     Derrida, un tournant éthique ?
Sources (*) :              
Pierre Delain - "Après...", Ed : Guilgal, 2017, Page créée le 16 septembre 2019

 

-

[Il n'y a pas dans la pensée derridienne de "tournant éthique" mais des événements qui, chaque fois, interrogent autrement l'éthique et la politique]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

1. Sur le tournant.

Certains auteurs ont remarqué qu'à partir des années 1990, Derrida s'intéresse plus souvent et plus frontalement aux questions éthiques, ce qui les a conduits à parler d'un second Derrida, différent du premier, celui du "tournant politico-éthique". Mais Derrida lui-même a plus d'une fois réfuté cette hypothèse. Depuis le début, explique-t-il, il avait le souci des questions éthiques et politiques - comme de nombreux textes en témoignent. Faut-il dire alors qu'il ne s'est rien passé ? Qu'il a juste développé, pendant près de 40 ans, une pensée identique et pré-déterminée depuis le commencement ? Je ne le crois pas. Lui-même affirme avec une certaine fermeté, dans Circonfession, que sa pensée n'est pas programmée à l'avance, qu'elle n'est ni une grammaire, ni un théologiciel, qu'il peut y avoir des changements et des surprises. Si aucun événement n'était arrivé pendant cette période, alors son travail ne serait que le prolongement logique d'une formule pré-établie. Dire cela est évidemment incompatible avec la pensée derridienne elle-même. Il y a toujours de l'autre, du tout autre, de l'événement. On peut donc dire que, même en l'absence de tournant politico-éthique, quelque chose arrive dans son œuvre (et même plus d'une chose).

 

2. Un questionnement en spirales.

Il faut donc faire l'hypothèse d'une tension paradoxale. D'un côté, pendant un quart de siècle, la pensée derridienne n'est pas restée statique, elle a évolué. Mais d'un autre côté, il y a un élément de continuité sans cesse réaffirmé. Caractériser cet élément de continuité est une tâche très difficile, peut-être impossible, mais je crois qu'on aurait tort de distinguer entre un premier Derrida, un second ou un troisième. Pour analyser l'évolution de son œuvre dans le temps, il me semble que la meilleure problématique est encore de rester fidèle à son vocabulaire. Disons que son travail s'inscrit dans une série d'anneaux ou de spirales qui semblent revenir à chaque fois au même point d'interrogation, avant de s'éloigner à nouveau. Dans la mesure où, en tant que lecteurs, nous partageons cette interrogation, notre lecture prend elle aussi la forme d'un anneau ou d'une spirale supplémentaire, mais dans un idiome qui ne peut pas être le même. Notre geste de contre-signature est aussi en même temps, nécessairement, un geste de séparation, de deuil, et de tâtonnement.

 

3. Quel(s) événement(s) ?

- L'éthique même, formule lévinassienne que Derrida reprend à son compte en 1980, dans En ce moment même dans cet ouvrage me voici. On trouve cette formulation, directement ou indirectement, dans différents textes allant de 1963 à 2003 - et pourtant on peut considérer que son irruption est un événement unique.

- L'irruption du vers de Celan, Die Welt ist fort, ich muss dich tragen, en décembre 2002, dans l'écriture de Jacques Derrida, est un exemple de ce processus. Ce qui arrive alors n'est probablement pas la première lecture de ce poème par Derrida, car il a été en possession d'un exemplaire de Atemwende (en allemand) dès 1970, exemplaire que Paul Celan lui a offert. Mais à la fin de l'année 2002, cette phrase devient centrale dans la pensée derridienne, ce qui se traduit par la publication d'un livre, Béliers, en principe dédié à Gadamer, mais sur le fond essentiellement axé sur cette phrase.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Il n'y a pas de tournant éthico-politique chez Derrida mais une nouvelle scène, une nouvelle mise en scène, une nouvelle insistance sur des choses identifiables comme politiques

-

[Avant l'éthique, en-dehors de toute économie et sans calcul, arrive l'"éthique même", toute autre]

-

["Ich muss dich tragen", un événement dans la scène d'écriture derridienne (1975-2003)]

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
TournantEthique

AA.BBB

NB_TournantEthique

Rang = STournantEthique
Genre = -