Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, Nietzsche                     Derrida, Nietzsche
Sources (*) : Derrida, père / fils               Derrida, père / fils
Jacques Derrida - "Séminaire 1975-76 "La vie la mort"", Ed : Seuil, 2019, p82

 

- -

S'entendre parler

En Oedipe se meurt la voix qui s'entend parler, "ma voix", dont le dernier mot désigne l'écriture de la mort du moi-même

S'entendre parler
   
   
   
"Je suis mort", "ma mort", signature de l'aporie "Je suis mort", "ma mort", signature de l'aporie
Derrida, la vie, la survie               Derrida, la vie, la survie  
Auto - thanato - graphie                     Auto - thanato - graphie    

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Pour commenter le fragment ci-contre de Nietzsche, daté de 1872, Jacques Derrida renvoie à Ecce Homo, dernier texte de Nietzsche (1888). Avant de sombrer dans la folie, Nietzsche se présente comme un vivant sur le mode du Je suis. Il se dit double, entre son père (mort) et sa mère (vivante), et il explique qu'à la mort de son père il est devenu presque aveugle (comme Œdipe). Ma vie, dit-il, n'est pas seulement un texte, une signature, c'est un corps, mon corps. En 1872, dans le fragment, il parlait déjà de ma voix, il se situait déjà comme le dernier philosophe, en se comparant à Oedipe. Pourquoi le dernier homme, le dernier philosophe ? Privé de l'assistance d'un père, hésitant entre deux chemins qui ne cessent de se dédoubler, Œdipe avance en aveugle. Il est le dernier d'une lignée, comme Nietzsche, le dernier philologue qui ne l'est plus. Nietzsche n'analyse pas Œdipe, il ne le décrit pas, il ne l'interprète pas, il dit moi, Œdipe, je suis au moment du passage au-delà de moi-même. En ce moment de transition, j'excède ce qui m'a précédé (mon père, ma mère, et je m'excède aussi comme fils). Je suis seul à me parler, et ma voix me parvient comme celle d'un mourant (Derrida, p80). Je m'entends parler, et je n'ai de rapport qu'à ma voix. J'aime cette voix, ce dernier souffle, mais je ne vois plus rien, et je sais que plus personne ne me voit. En-dehors de moi, l'autre homme, qui n'est peut-être que moi, meurt aussi. Et peut-être ma voix elle-même, elle aussi, est en train de mourir. C'est la solitude œdipienne, qui pour Nietzsche est celle de l'homme-philosophe.

Fragment 87 du Livre du philosophe (Nietzsche, 1872).

 

 

Dans le vocabulaire derridien, le dernier mot de Nietzsche-philosophe, le dernier mot de son auto-biographie, c'est une auto-thanatographie : pas le récit de ma vie, mais le récit de ma mort. Raconter sa propre mort est impossible, mais on peut l'écrire, et c'est ce que Nietzsche fait dans ce fragment. On peut l'écrire, et on peut en même temps écrire la mort de moi-même : la mort de cela même, l'homme, le philosophe, qui permet de dire "je". Telle serait la signification du nom Œdipe pour Nietzsche, et aussi pour Derrida.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaNietzsche

ED.LED

DerridaPereFils

RG.LDF

EntendParler

VE.LEF

DerridaJeSuisMort

FN.LKD

DerridaVie

FI.ULO

AutoThanato

DF.LKE

UMaVoixOedupe

Rang = NOedipeMaVoix
Genre = MK - CIT