Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le cinéma                     Derrida, le cinéma
Sources (*) : Derrida, l'art, l'oeuvre               Derrida, l'art, l'oeuvre
Jacques Derrida - "Penser à ne pas voir - Ecrits sur les arts du visible, 1979-2004", Ed : La Différence, 2013, p24

 

-

S'il y a une unité du cinéma, elle tient à l'appareil filmique, mais la diversité des pratiques y est telle qu'on peut douter de son unité comme "art"

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Interrogé par Peter Brunette sur la position intermédiaire du cinéma, qui d'un côté, est présent à la manière d'un objet visuel, et d'un autre côté, nécessite qu'on le déchiffre, Jacques Derrida commence par expliquer que même l'œuvre d'art la plus silencieuse, une peinture par exemple, peut être interprétée soit comme une résistance à l'autorité du discours, étrangère à la parole, soit au contraire comme la parole la plus autoritaire, la plus puissante, justement à cause de son silence quasi-théologique. Le logocentrisme peut résider dans les mots, et aussi dans le mutisme.

D'un côté le cinéma est un médium spécifique, visuel, où le mot ne domine pas nécessairement l'œuvre, et d'un autre côté c'est un art de la parole, ce qui va dans le sens de la position intermédiaire suggérée par Peter Brunette. Mais la réponse de Derrida est plus complexe. Certes il y a une unité du cinéma, celle que lui confère l'appareil filmique, la caméra, la technologie. Mais les films sont très différents les uns des autres, leur rapport au discours n'est pas homogène. Il y a différentes façons de filmer, différentes méthodes, dont certaines se rapprochent de la littérature, plutôt que de la peinture, la sculpture ou l'architecture. Quand on connaît le privilège immense que Derrida accorde à la littérature, cette déclaration est une sorte d'aveu : certes le cinéma est dépendant de l'appareil filmique, mais c'est aussi une écriture, avec ce que tout cela implique.

Léonce cinématographe (Léonce Perret, 1913).

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaCinema

GM.MML

DerridaArt

UC.UOL

UCinemaArtAppareil

Rang = QCinemaUnite
Genre = MH - NP