Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'Europe                     Derrida, l'Europe
Sources (*) : Derrida, responsabilité(s)               Derrida, responsabilité(s)
Jacques Derrida - "L'autre cap", Ed : Minuit, 1991, pp70, 78-9

 

Crepuscule tropical (Paul Klee, 1921) -

Derrida, l'aporie

On ne peut exercer une responsabilité - ou une décision, une morale, une politique - qu'en forme négative (sans X, il n'y aurait pas Y), sans règle générale

Derrida, l'aporie
   
   
   
Derrida, prière, théologie négative Derrida, prière, théologie négative
Derrida, jugement, décision               Derrida, jugement, décision  
Derrida, l'éthique                     Derrida, l'éthique    

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Pour qu'une responsabilité puisse s'exercer, il faut que soit respectée une double loi :

- l'appel d'un axiome général, abstrait, universel. Par exemple : Tu agiras selon la justice, ou la raison, ou la liberté (première loi).

- une absence de règle générale qui préside à l'application de cet axiome. Il faut que nous ne disposions d'aucune règle générale, telle est la seconde loi, de forme négative, à laquelle doit répondre la responsabilité. Sans cette forme négative de l'impératif (c'est-à-dire s'il y avait une règle gouvernant généralement la mise en œuvre de cet axiome), il n'y aurait plus ni responsabilité - ni justice, ni raison, ni liberté. Il n'y aurait qu'une bonne conscience irresponsable, une programmation pré-construite, un calcul.

La forme négative se soustrait à l'ordre du présent ou de la présentation. Elle laisse venir l'erreur, l'inconscient, l'impensé. "On ne peut être assuré que de cette forme négative", écrit Derrida (p79), comme si elle seule était légitime, comme si elle seule, dans notre contexte culturel, pouvait s'inscrire dans notre héritage. S'il insiste sur la forme négative, c'est en effet à cause de l'héritage antinomique de l'Europe. C'est une question de fidélité. Puisque les devoirs européens sont tous aporétiques, puisque aucun ne peut donner lieu à une prescription définitivement positive, puisqu'il faut garder en même temps le cap et l'autre cap, dans l'ouverture à l'événement, seule la forme négative est digne de confiance. Prétendre que la tâche d'aujourd'hui puisse s'énoncer dans l'ordre du savoir, du jugement, de la science, de la raison ou de la norme, ce serait tromper l'autre.

 

 

Son aporie à lui, c'est qu'il annonce affirmativement le privilège de la forme négative. Cette variante de la théologie négative (cf Apories p42) pourrait participer de la bonne conscience qu'il dénonce. C'est pourquoi il ne s'agit pas seulement d'énoncer l'aporie, il faut en faire l'expérience, l'épreuve. Il faut l'endurer.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaEurope

JF.KDJ

DerridaResponsabilite

GB.UKL

DerridaAporie

GB.LKO

DerridaPriere

II.LII

DerridaJugement

DE.LED

DerridaEthique

EC.BLD

UResponsabNegati

Rang = LNegationRespons
Genre = MR - IA