Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, marque, re - marque, itérabilité                     Derrida, marque, re - marque, itérabilité
Sources (*) : Derrida, le supplément               Derrida, le supplément
Jacques Derrida - "Voyous - deux essais sur la raison", Ed : Galilée, 2003, p26

 

- -

Chaque fois qu'on utilise le mot "fois", on confirme une dangereuse loi de supplémentarité ou d'itérabilité qui force l'impossible en forçant au remplacement de l'irremplaçable

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

C'est un avertissement donné par Derrida, une sorte d'axiome, au début d'un texte où il sera question de souveraineté, de politique et de démocratie, en faisant appel à la thématique de la roue, de la rotation, du cercle, du tour et du retour. Il ne prononce pas le mot anneau, mais il s'agit bien de cela, que nous disions "à la fois", "une fois sur deux", "deux fois", "chaque fois", "toutefois", "parfois", "quelques fois", "autrefois" (c'est lui qui fait la liste, sans mentionner "une fois pour toutes", "première fois" ou "dernière fois", syntagmes que, bien sûr, il utilise aussi). Il fait allusion à l'étymologie, sans la citer (voir ci-contre), mais en mentionnant vice-versa et le cercle vicieux. Chaque fois, c'est une itération, et non pas une répétition. Quelque chose fait retour en s'altérant, en produisant du nouveau, et chaque fois c'est de l'ordre de la transgression, rien ne reste intact. Il est impossible de remplacer l'irremplaçable, cette première fois, cette seule fois qui remplace autre chose, avant, qui n'est pas encore une "fois". Alors que fait-on? On tourne encore une fois, une de plus, au risque d'altérer encore plus le mouvement. Et comme on ne peut jamais savoir, à l'avance, où ça conduit, c'est dangereux, comme le dit la proposition ci-dessus, qui est aussi une citation. La loi de l'itérabilité, c'est qu'on ne peut pas exclure ce qui viendra brouiller la marque.

 

 

Etymologie du mot "fois" : [Dér. lat. class. vĭces − forme nom. acc. plur. d'un défectif attesté également à l'acc. et ablatif sing., et au datif ablatif plur. − « tour, succession, alternative; retour, réciprocité » le f initial du fr. pourrait s'expliquer par un fait de phon. syntactique : devant les finales sourdes de deus, une, set, etc., v initial se serait assourdi] (CNRTL).

Il y aurait, en d'autres termes, étymologie commune entre :

- le "vice" des vices, du cercle vicieux et du vice-versa,

- le "fois" de toutes les fois qu'on dit fois.

Chaque fois, la répétition est passablement vicieuse, tandis que le vice se réitère.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaMarque

MF.MML

DerridaSupplement

LM.LLM

UFoisIterabilite

Rang = MFoisItarabilite
Genre = MK - NG