Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Sur le tsimtsoum                     Sur le tsimtsoum
Sources (*) : Le nom de Dieu, secret du langage               Le nom de Dieu, secret du langage
Gershom Scholem - "Le Nom et les symboles de Dieu dans la mystique juive", Ed : Cerf, 1983, pp87-88

 

- -

EnSof : Sans - nom, Sans - fond

En déployant dans l'Ensof, par plaisir de soi-même, la signature occulte de Dieu, les 22 lettres ont tissé l'habit primordial dont procèdent l'écriture, le langage et la parole

EnSof : Sans - nom, Sans - fond
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

C'est la thèse d'Israël Saruk, cabaliste de l'Ecole lourianique qui écrivait vers 1600. Il y aurait eu en Dieu une joie, un plaisir de soi-même (en hébreu sha'ashu'a) si intense qu'elle aurait provoqué le premier mouvement de l'Ensof, dans lequel :

- il va de soi-même vers soi-même (auto-compression);

- par ce mouvement, dans la substance d'Ensof lui-même, se tisse un habit (en hébreu malbush). Cet habit est la Torah primordiale. Gershom Scholem fait remarquer que dans cette conception de l'émergence du langage, l'écriture précède le langage qui en est la vocalisation et non l'inverse;

- il libère un espace (tsimtsoum) dans lequel s'introduit le yod de l'un des noms divins. Dans ce yod qui forme presque un point se concentre la force originelle;

- dans le malbush, le tétragramme est la signature occulte de dieu. Les combinaisons de lettres procèdent du mouvement de cette signature par élargissement et décomposition, selon un ordre déterminé. Il n'y a au début qu'une succession des combinaisons de deux lettres (le germe);

- dans ce mouvement de l'Ensof s'expriment toutes les potentialités secrètes de chaque expression;

- dans les mondes successifs, les combinaisons se succèdent pour former les noms mystiques de Dieu, les anges, les noms des objets et des humains, c'est-à-dire le monde du langage en général;

- tant que les mots sont associés aux choses, le langage reste sacré, paradisiaque. C'est l'écho du langage divin [ce que W. Benjamin appelle le langage vrai]. Mais avec la confusion des langues (Babel), les langues profanes voient le jour, le langage sacré est oublié, même s'il en reste des parcelles.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Scholem
OuakninTsimtsoum

DP.LPP

NomDieuLangage

ED.LED

HebEnSof

FJ.LLJ

UEcritureEnsof

Rang = XXEnsofEcritLgge
Genre = MK - NG