Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
CinéAnalyse : duplicité du mal, irréparable et réparable                     CinéAnalyse : duplicité du mal, irréparable et réparable
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Albert Egakis - "Puisse...", Ed : Galgal, 1989, Page créée le 21 juillet 2006

 

-

Orlolivre : comment ne pas (se) faire (du) mal

[(CinéAnalyse) : En considérant avec lucidité la duplicité du mal : réparable et irréparable]

Orlolivre : comment ne pas (se) faire (du) mal
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

1967.

- Les douze salopards (Robert Aldrich).

1971.

- Les Diables (Ken Russel).

1978.

- Halloween (John Carpenter).

1991.

- City of Hope (John Sayles).

1996.

- Lone Star (John Sayles).

2020.

- Le Diable n'existe pas (Mohammad Rasoulof).

2022.

- Saint Omer (Alice Diop).

---

D'un côté, le mal peut être considéré, analysé, combattu, parfois réparé, compensé, défait. C'est ce qui fait de lui autre chose que le mal radical, bien pire (irréparable, impardonnable). Mais d'un autre côté il revient toujours, on ne s'en débarrasse jamais complètement. Le mal n'est pas circonstanciel, il est au fond de nos vies, au fondement de nos cultures. Le cinéma, qui l'envisage dans sa diversité, sa complexité, ses ambiguités, nous force à la lucidité.

 

 

--------------

Propositions

--------------

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
ProTotalitarismes

AA.BBB

CineLoft

TO.LLK

PireGenocides

BM.LMM

MO_ProTotalitarismes

Rang = OJ
Genre = -