Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
CinéAnalyse : impossibilité de l'art pur, souverain                     CinéAnalyse : impossibilité de l'art pur, souverain
Sources (*) : Ah, l'art? Que des apories!               Ah, l'art? Que des apories!
Athanasia Pernath - "L'autre côté de la rive", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 26 mai 2000

 

-

Le cinéloft du Quai

[(CinéAnalyse) : En montrant l'impossibilité du concept moderne de l'art pur, souverain]

Le cinéloft du Quai
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

1927.

- L'Aurore (F.W. Murnau).

1948.

- Les Chaussons rouges (Michael Powell et Emeric Pressburger).

1974.

- Phantom of the Paradise (Brian de Palma).

1991.

- La Belle Noiseuse (Jacques Rivette).

2005.

- Le fantôme de Goya (Milos Forman).

2015.

- Manifesto (Julian Rosefeldt).

2019.

- Michel-Ange (Andreï Konchalovsky).

2022.

- Caravage (Michele Placido).

- Tár (Todd Field).

- Showing up (Kelly Reichardt).

---

Ce qu'on appelle aujourd'hui oeuvre d'art, c'est une chose décalée par rapport à elle-même. Elle est là, devant moi, sans préciser ce à quoi elle renvoie, sans aucune garantie de valeur ni d'authenticité, pas même les prix du marché. La plupart des films prétendent à ce statut, et quelques uns en font leur thème, comme Manifesto (Julian Rosefeldt, 2015), où l'art lui-même est personnifié par une actrice aux multiples identités.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Tár (Todd Field, 2022) - Un pouvoir uniquement fondé sur l'affirmation charismatique de soi-même se met dans la dépendance absolue d'autrui

-

Phantom of the Paradise (Brian de Palma, 1974) - Il n'y a pas qu'une puissance souveraine de l'art, mais deux, qui ne peuvent que naître et mourir en même temps

-

Les Chaussons rouges (Powell/Pressburger, 1948) - Il n'est d'art pur que régi par une puissance souveraine ayant tous les droits, y compris de détruire les conditions de sa survie

-

Dans le film "Manifesto", de Julian Rosefeldt (2015), c'est l'art en personne qui déclare, à travers ses manifestes : "Sauf l'art, rien ne peut être sauvé"

-

Goya, artiste, personnifie les paradoxes et contradictions insurmontables de la modernité (Le fantôme de Goya, film de Milos Forman, 2005)

-

Showing Up (Kelly Reichardt, 2022) - Un cinéma brut pour un art horizontal, au plus proche de la terre et des tracas quotidiens

-

Paterson (Jim Jarmusch, 2016) - La poésie qui reste, c'est le don d'une page vierge où écrire son secret

-

L'Aurore (F. W. Murnau, 192è) - Avec la perfection du film muet, convergent l'apologie de l'amour et celle de la beauté adhérente en art

-

"La belle Noiseuse" (film de Jacques Rivette, 1991) démontre l'impossibilité de l'art, et creuse son tombeau

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
CineArt

AA.LBB

ArtQuid

BJ.DSS

CineLoft

WB.MMP

MB_CineArt

Rang = M
Genre = -